in

Voici tout l’Univers en une seule infographie

étoiles ciel
Crédits : imijaloff / iStock

Notre Univers est constitué, entre autres, d’étoile jeunes, de supernovas, d’hydrogène, d’hélium et de matière noire. Toutefois, saviez-vous que l’essentiel de l’Univers contient de l’énergie noire ? Une récente infographie détaille les éléments qui le constituent et en quelles proportions.

Les composants les plus présents dans l’Univers

Concernant l’Univers, il existe un consensus scientifique : celui-ci se sépare en trois parties. Il s’agit de la matière visible – ou mesurable – du quotidien, ainsi que deux composants hypothétiques que sont la matière noire et l’énergie noire. Pour ces deux composants, il n’existe aucune mesure directe. Dans un article du 19 août 2022, le media Visual Capitalist a publié une infographie sur ce que l’on sait – ou croit savoir – sur l’Univers.

Il faut savoir que l’énergie noire (68 %) et la matière noire (27 %) sont les composants les plus présents dans l’Univers. La première est une forme d’énergie hypothétique dont le comportement est inverse à celui de la gravitation. Celle-ci est considérée comme étant à l’origine de l’expansion rapide de l’Univers. La seconde exerce une force sur l’Univers et son existence est déduite de la force de gravitation. Ses interactions influent aussi sur les galaxies, les étoiles et les planètes.

Le reste de l’Univers se compose d’atomes individuels d’hydrogène et d’hélium (4 %), d’étoiles jeunes (0,5 %), de neutrinos (0,3 %) et d’éléments lourds (0,03 %). Ces éléments lourds – autres que l’hydrogène et l’hélium – composent l’Univers matériel, dont les autres étoiles et les supernovas.

energie noire
Pour voir l’infographie complète, cliquez ICI.
Crédits : capture écran / Visual Capitalist

En savoir davantage sur sa composition

Plusieurs missions scientifiques ont pour objectif d’étudier certaines propriétés de l’Univers. L’objectif ? Comprendre davantage sa composition. Par exemple, en 2009, la mission Planck de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) avait pour but de mesurer les infimes variations de températures d’un rayonnement particulier : le fond diffus cosmologique – ou rayonnement fossile du cosmos. Il s’agit d’un rayonnement électromagnétique très homogène que l’on observe dans toutes les directions du ciel et dont le pic d’émission se trouve dans le domaine des micro-ondes. Or, les données de la mission Planck tendent à vérifier la théorie de l’inflation cosmique. Cette théorie stipule que l’Univers est en expansion perpétuelle et que son diamètre serait d’environ 93 milliards d’années-lumière.

En 2027, l’Agence Spatiale des États-Unis (NASA) devrait envoyer dans l’espace – par le biais de SpaceX – le télescope à infrarouge Nancy Grace Roman. Ce dernier aura pour objectif de mesurer – pour la toute première fois – les effets de l’énergie noire et de la matière noire. Les données résultant de cette mission pourraient bouleverser les connaissances actuelles sur le sujet.