in

Voici Shelley, l’I.A. auteure d’histoires d’horreur

Crédits : MIT

Oui, Halloween est passé ! Cependant, revenons sur les derniers travaux du Massachusetts Institute of Technology (MIT). L’institut américain a élaboré une intelligence artificielle capable de créer des histoires à faire peur !

Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) travaille depuis quelques années sur l’intelligence artificielle, notamment au niveau de l’image, et a tout récemment annoncé une vaste coopération avec la société IBM dans le cadre de la création d’un nouveau laboratoire dédié à ce type de recherches.

À l’occasion d’Halloween, le MIT a communiqué sur une de ses dernières créations : une I.A. capable de rédiger des histoires d’horreur. Cette dernière, baptisée Shelley en référence à la romancière anglaise Mary Shelley (Frankenstein), est connectée sur Twitter et poste sur ce réseau social une nouvelle histoire toutes les heures, comme l’indique la fiche du projet.

Les utilisateurs de Twitter peuvent même communiquer avec Shelley afin de contribuer à intensifier le caractère horrifique des contes publiés. Pinar Yanardhag, un des meneurs du projet, a indiqué que Shelley s’était préalablement « entraînée sur plus de 140 000 histoires d’horreur sur le site web populaire Reddit » (section NoSleep) et que celle-ci est « capable de générer des extraits aléatoires basés sur ce qu’elle a appris », ou encore de « continuer une histoire avec un texte ».

Selon les créateurs, le but est d’inspirer le public dans le cadre de l’écriture de nouvelles effrayantes et apprendre davantage sur la capacité d’une I.A. à susciter une variété d’émotions chez l’humain. Il s’agit également de permettre à ce même public de se familiariser avec une I.A. dans le cadre d’une coopération donnant un résultat commun. Ainsi, Shelley invite les internautes à imaginer la suite de ses histoires via le hashtag #yourturn et ils peuvent également lui renvoyer la balle. En effet, il est possible de continuer une histoire inventée par Shelley puis lui demander de prendre le relais à nouveau.

Sources : MashableSiècle Digital