in

Voici les raisons pour lesquelles vous n’échapperez pas aux moustiques cet été

Crédits : FotoshopTofs / Pixabay

Des chercheurs américains ont découvert pourquoi il était si difficile de pouvoir échapper à la redoutable piqûre du moustique. En effet, selon ces scientifiques, l’insecte utiliserait non seulement son odorat, mais également sa vue et la chaleur émise par notre corps dans le seul but de nous débusquer…

L’arrivée de l’été rime également avec le retour des moustiques. Ces petites bêtes si sympathiques qui ne manquent pas de nous faire vivre un véritable cauchemar chaque année en nous ravageant la peau avec leurs piqûres provoquant de fortes démangeaisons. Mais comment font ces suceurs de sang compulsifs pour nous trouver avec une telle efficacité, et ce, même à travers la noirceur de la nuit ? C’est la question à laquelle ont voulu répondre une équipe de chercheurs appartenant aux universités de Washington et de Caltech (États-Unis).

Selon les auteurs de cette nouvelle étude, dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Current Biology, les moustiques utiliseraient trois sens bien distincts pour nous débusquer : l’odorat, la vue et la détection de la chaleur émise par notre corps. Pour arriver à cette conclusion, les biologistes en charge de la recherche ont enregistré les mouvements de ces insectes au sein d’un tunnel. Ils ont ainsi pu remarquer que les moustiques étaient immédiatement attirés lorsqu’un panache de CO2 était lâché. Or, ce gaz est justement présent en forte concentration dans le souffle des animaux dont l’insecte se nourrit. De même, sur de plus courtes distances, les moustiques ont également montré une forte attirance pour la chaleur. Chaleur qui est également émise naturellement par tous les organismes dotés de sang chaud.

Ainsi, ces découvertes sont à mettre en parallèle avec d’autres travaux qui avaient préalablement mis en évidence que la chaleur et l’odorat – notamment l’odeur corporelle – permettaient de guider ces buveurs de sang. Pour autant, c’est la première fois qu’une étude permet de mettre en articulation chacun de ces sens dans le processus d’orientation du moustique. « Nous avons réussi à mettre sur pied une théorie expliquant la façon dont tous ces sens travaillent ensemble chez le moustique afin de trouver un être humain », a ainsi déclaré Floris van Breugel, principal auteur de l’étude, relayé par la BBC.

Les auteurs de l’étude ont ainsi déterminé que le moustique s’orientait de la manière suivante :

  • De 10 à 50 mètres, l’insecte se laisse guider par son odorat en détectant le CO2 dégagé par l’organisme
  • À une distance de 5 à 15 mètres, la vision prend le relais et le moustique tente de détecter une forme animale reconnaissable
  • Enfin, quand la distance est inférieure à 1 mètre, l’insecte se laisse guider par les indices thermiques qui lui indiquent l’endroit le plus approprié pour aspirer le sang

Au vu de ces résultats, fort est de constater que les solutions actuelles visant à échapper à cet animal buveur de sang sont extrêmement limitées. Difficile en effet de ne pas respirer et donc de ne pas rejeter du CO2… Bonne nouvelle toutefois, ces découvertes pourraient permettre de mettre au point dans le futur des répulsifs plus efficaces. En attendant, il ne vous reste plus qu’à utiliser ceux déjà existants et/ou dévier l’attention visuelle du moustique en tentant “de convaincre un ami de porter un tee-shirt plus contrasté que le vôtre”, comme le suggère, non sans humour, le Dr van Breugel.

Sources: BBCgurumed

– Crédits photo : James Gathany/CDC