in

Voici le plan de Trump pour la conquête spatiale

Déclarations anti-Obama, lutte contre l’avortement et climatoscepticisme, le président des États-Unis Donald Trump joue sur tous les tableaux. Il s’avère que la conquête spatiale l’intéresse également puisque ce dernier parle de dominer l’espace. Cela vous fait peut-être sourire, mais Donald Trump a bel et bien un plan !

La NASA et Space X veulent concrétiser le projet Red Dragon en 2020, à savoir l’utilisation d’un atterrisseur martien dérivé du cargo spatial SpaceX Dragon pour acheminer sur Mars une quantité d’équipements scientifiques. Ce projet est d’ailleurs intégré au programme Discovery de 1992 comprenant une foule de missions variées dont le but ultime est l’identification d’exoplanètes puis leur exploration.

Cependant, depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump s’intéresse de près à la question. Lors de la composition de son gouvernement, ce dernier a nommé Bob Walker, un lobbyiste de Washington comme conseiller en politique spatiale et cela pourrait changer la donne. Bob Walker s’est entretenu avec la NASA pour expliquer sa vision commerciale de l’agence spatiale américaine.

L’administration Trump a donc un plan pour l’espace et l’on parlera ici de domination, un terme peu étonnant de la part de l’homme d’affaires devenu président. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce plan a été élaboré par Bob Walker qui était à la tête de la commission présidentielle du futur de l’aérospatiale sous l’administration de George W. Bush.

Il s’agirait alors d’explorer l’espace le plus loin possible avec pour première étape la Lune dont l’exploration minière effectuée par des robots constitue le premier projet. Installer une colonie permanente sur le satellite de notre planète est la suite logique. Comme le soulignent certains scientifiques, exploiter la Lune serait alors une grande source de profit avec la présence de tritium 3 h (très rare sur Terre), un isotope de l’hélium qui ferait un combustible idéal pour la fusion nucléaire.

La seconde étape est incarnée par Mars et la NASA pourrait s’atteler à développer une génération de navettes spatiales propulsées non pas par des produits chimiques, mais par l’énergie nucléaire ! Le but est de détenir des navettes plus rapides afin de réduire le temps de trajet entre la Terre et Mars à quelques semaines seulement.

John Slough, astrophysicien à l’Université de Washington et inventeur du moteur à fusion, aurait indiqué qu’un tel moteur demanderait de gros investissements. Selon l’intéressé, des astronautes se poseront sur la Lune et dans une décennie, Mars sera à portée de vaisseau grâce aux travaux des sociétés Space X et Blue Origin collaborant déjà avec la NASA.

Donald Trump souhaite par ailleurs que la NASA ne soit plus en charge des questions liées au réchauffement climatique, une tâche qui pourrait être prochainement reléguée à l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA). Ainsi, le budget actuel de la NASA conjugué aux apports du secteur commercial servirait à une optimisation des projets spatiaux pour une meilleure efficacité.

Dominer l’espace à des fins commerciales, voici donc le but du plan de l’administration Trump. Reste que le plus inquiétant dans ces déclarations est sans doute la volonté d’envoyer dans l’espace des fusées nucléaires.

Sources : Vice NewsDaily Mail