in ,

Voici la pire douleur physique supportable par l’Homme

Crédits : Capture vidéo

Connaissez-vous les fourmis balles de fusil ? Cette espèce de la sous-famille des Ponerinae est extrêmement agressive et sa piqure produirait l’une des pires douleurs supportables par l’Homme. Récemment, le youtubeur Hamish a pris part à un rituel particulièrement douloureux d’une tribu amazonienne : le « Bullet Ant gloves ». Il a inséré ses mains dans des gants contenant plusieurs de ces fourmis, voyez sa réaction dans la vidéo ci-dessous.. 

La fourmi paraponera (ou « fourmi balle de fusil ») vit dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud. Cette espèce est tellement agressive que les groupes qu’elles composent ne dépassent pas quelques dizaines à quelques centaines d’individus. Insectivores, elles ont des proportions assez rares pour les fourmis, pouvant atteindre jusqu’à 3 cm de longueur, ce qui leur permet de chasser individuellement autour du nid.

Lorsqu’elle attaque ou se défend, la fourmi paraponera utilise un dard et injecte un venin neurotoxique qui produit une douleur insupportable chez ses victimes. En effet, la souffrance peut être ressentie pendant 24 heures, elle s’accompagne de spasmes et d’une douleur que l’on dit similaire à celle procurée par la balle d’un fusil. L’entomologiste américain Justin O. Schmidt place même la pénibilité de leurs piqûres au sommet de l’échelle de la douleur Schmidt, décrivant une souffrance « pure, intense, brillante ». À noter toutefois que cette échelle ne comprend que les insectes hyménoptères.

Bien connues en Amérique Latine, ces fourmis sont parfois utilisées lors de rites de passage ou initiatiques. Lors du passage à la puberté, les tribus Satere-Mawe, Wayana, Wayãpi et Apalai confectionnent des sortent de gros gants dans lesquels sont placées des fourmis paraponera. L’initié doit alors y insérer ses mains et rester le plus immobile possible pour montrer son courage et sa force. Un rite auquel a souhaité participer le youtubeur Hamish avant de finir chez un médecin pour être soulagé à la morphine. Une expérience qui, on s’en doute, restera gravée dans sa mémoire.

Bonus : Vidéo du National Geographic montrant une autre tribu amazonienne au court de l’un de ces rituels.