in

Ogle, l’exoplanète glacée sur laquelle vous n’aimeriez pas aller

Crédits : NASA/JPL-CALTECH

Les scientifiques ont déniché une nouvelle exoplanète. Celle-ci se trouve à la même distance de son étoile que la Terre par rapport au Soleil, mais la mauvaise nouvelle est qu’il n’y a absolument aucune chance d’y trouver de la vie.

Cette nouvelle exoplanète a été découverte par le télescope Spitzer et le réseau coréen KMTNet, fort de trois observatoires disséminés en Australie, en Afrique du Sud et au Chili. La fameuse planète se nomme OGLE-2016-BLG-1195Lb, une appellation que nous réduirons logiquement à Ogle.

Il s’agit d’une planète dont la taille est similaire à celle de la Terre et située à égale distance de son étoile que notre planète du soleil. Malheureusement, malgré ces similitudes, nous n’y trouverons sûrement pas de la vie. En effet, l’étoile autour de laquelle gravite Ogle est beaucoup moins lumineuse que notre Soleil, ce qui induit des températures extrêmement froides à sa surface, et même encore plus que sur Pluton ! Ainsi, connaître la distance d’Ogle par rapport à la Terre (13 000 années-lumière) est anecdotique.

L’étoile en question pourrait être une naine ultra-froide, dont la température est inférieure à 2500 K (2200 °C) et dont la masse ne serait équivalente qu’à 7,8 % de celle de notre Soleil. D’ailleurs celle-ci est habituellement laissée de côté par les chercheurs, mais fait depuis peu l’objet d’un regain d’intérêt depuis qu’un système à sept planètes a été récemment découvert autour d’une autre naine ultra-froide : Trappist-1.

Si l’étoile autour de laquelle Ogle tourne est très peu lumineuse, la question de savoir comment celle-ci a été repérée est intéressante. Il s’avère que le télescope Kepler n’aurait jamais pu faire une telle découverte et le grand gagnant n’est autre que le télescope Spitzer qui utilise une microlentille gravitationnelle permettant d’amplifier les signaux lumineux.

Ogle est la plus petite exoplanète découverte par ce moyen et aucun télescope ne pourra vraisemblablement faire mieux. Il faudra au moins patienter jusqu’en 2020 et le lancement du WFIRST afin de découvrir d’autres planètes encore plus petites grâce à cette technique.

Sources : Sciences et AvenirFredZone