in

Ce sous-marin biomimétique est inspiré des raies manta !

Crédits : Imaginactive

Le concept Kanaloa est un sous-marin personnel biomimétique. Celui-ci, par son allure et son fonctionnement, s’inspire de la raie manta, la plus grande de l’espèce.

Évidemment, les fonds marins font partie des régions les moins explorées par l’être humain en raison de leur accessibilité parfois peu évidente et des conditions difficiles qui y règnent souvent. L’inventeur québécois Charles Bombardier est l’auteur d’un concept séduisant, élaboré avec Nikhil Sorte, designer chez Renault à Chennai (Inde).

Il est question d’un sous-marin compact personnel destiné à l’exploration des récifs coralliens et des animaux marins, et ce tout en se fondant dans le décor un maximum. Le Kanaloa a été pensé pour être un sous-marin biomimétique, c’est-à-dire s’inspirant de la nature pour fonctionner. Or, celui-ci s’inspire de la raie manta océanique, la plus grande espèce de raie qui peut atteindre sept mètres d’envergure et une masse de deux tonnes.

Le sous-marin, toujours à l’état de concept, est doté de larges ailes flexibles et de turbines hydrauliques alimentées par des piles à combustible. Côté commandes, le pilote et les passagers, installés dans une cabine panoramique, feraient face à un tableau de bord digne d’un aéronef léger donc non surchargé.

Crédits : Imaginactive

Sur le bord d’attaque des ailes se trouveraient les grilles d’entrée d’eau tandis que la forme visible sur les images pourrait ne pas être la même si le projet venait à être concrétisé. En effet, tout dépend de la performance des turbines, du profil des ailes, du poids total de l’appareil ou encore de la capacité des potentiels acheteurs, qui seront vraisemblablement des pilotes inexpérimentés, autant de questions qui restent encore en suspend.

En théorie, le Kanaloa sera capable de plier ses ailes – ici des muscles artificiels – afin de voler vers les fonds marins avec un fonctionnement très différent des sous-marins traditionnels, en témoigne l’absence de piston hydraulique. Il est également possible d’imaginer l’appareil effectuer des acrobaties sous-marines qui seraient contrôlées par une intelligence artificielle gérant, entre autres les muscles.

Crédits : Imaginactive

Sources : Imaginactive