in ,

Voici Libra, la future cryptomonnaie de Facebook

Crédits : Official White House / Lawrence Jackson

En 2020, le célèbre réseau social Facebook va lancer Libra, sa propre cryptomonnaie. Or, les craintes liées à cette annonce sont visibles même jusque dans les hautes sphères de l’État. À quoi va servir cette cryptomonnaie et d’où viennent ces craintes ?

Une cryptomonnaie qui fait peur

Dans un communiqué publié le 18 juin 2019, Facebook a annoncé le lancement dès l’année prochaine d’une cryptomonnaie baptisée Libra. Celle-ci a pour objectif de permettre au réseau social d’investir les plateformes de paiement et autres services financiers, ainsi que le commerce en ligne.

Cependant, des craintes autour de cette nouvelle cryptomonnaie se sont fait sentir. À l’Assemblée nationale, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a évoqué le danger de l’apparition d’une monnaie créée par une société privée, qui entrerait en concurrence avec les monnaies des États. Outre-Manche, le gouverneur de la banque centrale du Royaume-Uni estime que la cryptomonnaie Libra devra absolument être soumise aux meilleures normes de régulation.

Selon le responsable du projet, la cryptomonnaie Libra ne devrait pas faire de l’ombre aux monnaies des États
Crédits : Facebook Newsroom

Facebook a réagi

Calibra n’est autre que la filiale de Facebook à l’origine de ce projet de cryptomonnaie. Son responsable David Marcus a été interrogé par France Info dans un article publié le jour même de l’annonce. L’intéressé a répondu à quelques questions relatives aux craintes évoquées précédemment. David Marcus affirme que l’objectif n’est pas de battre de la monnaie et qu’il n’est donc aucunement question de concurrencer la monnaie des États. Le responsable évoque également une nouvelle monnaie numérique qui sera garantie par une réserve composée des monnaies des banques centrales. L’objectif serait de « rajouter un protocole au-dessus d’Internet, de façon à envoyer de l’argent comme on envoie une photo ou un texto sur son application de messagerie préférée ».

En ce qui concerne le contrôle de cette sorte d’Internet de l’argent, ce dernier ne pourra être assuré par une entité ou une société. Selon lui, il devra s’agir d’un réseau d’utilité publique. Par ailleurs, le responsable de Calibra a tenu à indiquer que les données liées à la cryptomonnaie et au réseau qui s’y rapportent seront complètement séparées de celles de Facebook. Ainsi, il n’est pas question de lier leurs données financières avec celles de leur compte sur le réseau social. Enfin, cette cryptomonnaie ne pourra pas être utilisée pour le blanchiment d’argent. En effet, le responsable a évoqué un accent mis sur les programmes anti-blanchiment et sur une traçabilité exemplaire.

Source

Articles liés :

Pourquoi la Chine va peut-être interdire le minage de Bitcoin

Comment rendre l’industrie du Bitcoin plus respectueuse de l’environnement ?

Des millionnaires des cryptomonnaies se mettent à financer la recherche transhumaniste

Voici Libra, la future cryptomonnaie de Facebook
noté 5 - 1 vote[s]