Voici les sept astéroïdes visés par les Émirats arabes unis

astéroïdes émirats arabes unis
Crédits : Naeblys/istock

Nous savions que les Émirats arabes unis voulaient survoler plusieurs astéroïdes au cours des années 2030, mais les objets ciblés demeuraient encore mystérieux. Une récente mise à jour nous permet d’y voir un peu plus clair.

Les Émirats arabes unis (EAU) ont fait d’énormes progrès dans le domaine spatial au cours de ces dernières années. En 2019, un premier cosmonaute émirati, Hazzaa Ali Almansoori, s’était en effet envolé pour la Station Spatiale internationale. Les EAU se sont également illustrés avec leur mission Hope qui est toujours en orbite autour de Mars. Enfin, nous savons que le pays profitera de la mission chinoise d’atterrissage Chang’e-7 pour envoyer un rover sur la Lune.

Il y a un peu moins de deux ans, les EAU avaient également présenté les contours d’une mission encore plus ambitieuse : celle d’envoyer une sonde visiter la ceinture d’astéroïdes entre les orbites de Mars et Jupiter.

Sur place, la sonde devait analyser de près sept astéroïdes différents au cours de sa mission, avant de se poser éventuellement sur un huitième. Comme pour la mission martienne Hope, les Émirats arabes unis se sont associés avec le Laboratoire de physique atmosphérique et spatiale de l’Université du Colorado à Boulder.

Cependant, on ignorait jusqu’à présent quels étaient les astéroïdes ciblés par la mission. Un récent document, qui sera présenté le mois prochain à la conférence Asteroids, Comets, Meteors en Arizona, nous permet d’y voir désormais un peu plus clair. A priori, il n’est plus question de se poser sur un astéroïde, mais nous avons au moins les noms des autres roches ciblées.

astéroïdes émirats arabes unis
Crédit : dottedhippo/istock

Sept astéroïdes, dont un très rouge

La sonde fera donc des survols de 10253 Westerwald, 623 Chimères, 13294 Rockox, 88055, 23871 et de 59980 avant de se concentrer sur 269 Justitia. Ce dernier, qui mesure environ 53 km de diamètre, présente une teinte rougeâtre probablement en raison de la présence de composés organiques appelés tholins en surface.

Nous savons que les tholins sont abondants sur Pluton et d’autres corps glacés du système solaire externe. Il est donc probable que 269 Justitia se soit lui aussi formé au-delà de Neptune avant de migrer vers le système solaire interne. Si tel est le cas, alors cette mission nous donnera un véritable aperçu de ce à quoi ressemblent les grands objets résidant actuellement au-delà de Neptune.

Le plan actuel prévoit des survols de Vénus et de la Terre respectivement à la mi-2028 et à la mi-2029. Le but sera de profiter de leur assistance gravitationnelle pour effectuer le premier survol d’astéroïde en 2030. La mission spécifique à 269 Justitia aura lieu dès avril 2034. À ce stade, le vaisseau se placera à des altitudes variables, utilisant son système de propulsion solaire-électrique pour caractériser la composition de la surface, la géologie, ainsi que le champ de gravité.

De manière générale, cette mission cherchera à mieux expliquer l’origine et l’évolution des astéroïdes riches en eau, ainsi qu’à comprendre leur potentiel en tant que dépôts de ressources pour les futures missions d’exploration de l’espace lointain.