in

Voici les combinaisons qui pourraient être portées sur Mars

Crédits : ILC Dover

Cinquante ans après la mission Apollo 11, qui vit Neil Armstrong et Buzz Aldrin marcher sur la Lune, de nouvelles combinaisons viennent d’être développées par la société ILC Dover. Plus maniables, et plus légères. De quoi faciliter l’exploration spatiale.

En mars dernier, les astronautes de la NASA Anne C. McClain et Christina H. Koch devaient entrer dans l’histoire en formant la première équipe exclusivement féminine à participer à une sortie dans l’espace depuis l’ISS. Une première qui a finalement capoté pour des raisons techniques. La NASA avait en effet évoqué un problème de « taille » dans les combinaisons spatiales. La partie censée recouvrir le torse de l’astronaute Anne C. McClain, qui devait être une taille moyenne, était en fait une grande taille. Une seule pièce de cette taille était disponible dans la station à ce moment-là. Et c’est l’astronaute Christina H. Koch qui devait la porter. Anne C. McClain a alors dû laisser sa place à un homme, capable de rentrer dans la pièce de grande taille.

Des combinaisons ajustables, et plus légères

Les combinaisons actuelles se composent en effet de plusieurs pièces pouvant s’assembler de manière variée. Mais comme expliqué ci-dessus, des problèmes de logistique peuvent arriver. Toutefois, les choses pourraient bientôt changer. La société ILC Dover, connue pour avoir confectionné certaines combinaisons spatiales pour la NASA, vient en effet de présenter deux nouveaux modèles. L’une est baptisée Astro, l’autre Sol. La première est conçue pour les sorties extravéhiculaires et l’exploration de terrain, tandis que l’autre est conçue pour être portée à l’intérieur du vaisseau, lors des lancements et des atterrissages. L’avantage de ces deux nouvelles tenues, c’est qu’elles sont ajustables.

Autrement dit, il serait possible de modifier la taille de l’une ou l’autre de ces combinaisons pour que celle-ci puisse correspondre au corps de l’astronaute concerné. Mais ce n’est pas tout. Ces combinaisons, apprend-on, seraient également plus légères que les précédentes. Une bonne nouvelle donc, puisque dans l’espace, chaque kilo supplémentaire peut coûter des milliers d’euros. Le fait de perdre du poids au niveau des tenues permettrait d’en gagner au niveau de l’équipement scientifique, ou du carburant.

La nouvelle combinaison Astro conçue par ILC Dover. Crédits : ILC Dover

Plus résistantes, et plus pratiques

D’autres améliorations ont également été apportées. La structure des chaussures pourra être modifiée pour s’adapter au terrain. La matière et les joints ont été repensés pour faciliter les mouvements et résister aux rudes conditions de l’espace. Les deux combinaisons offrent également une meilleure visibilité au niveau casque. Nous savons en effet que c’était l’un des gros problèmes pour les membres des missions Apollo, qui ne pouvaient pas voir leurs pieds. D’où le nombre de chutes importantes. Au cours de la mission Apollo 16, l’astronaute John Young avait même accidentellement arraché avec ses pieds le câble électrique d’un instrument qui devait mesurer la température à l’intérieur du sol lunaire.

Dan Klopp, directeur du marketing produit pour ILC, a récemment déclaré que ces deux nouvelles combinaisons seront bientôt disponibles sur le marché. Probablement dans quelques mois. En attendant, la société appelle tous les intéressés à faire des suggestions supplémentaires dans le but de rendre ces tenues toujours plus efficaces.

Articles liés :

Pourquoi les futurs explorateurs de l’espace pourraient souffrir des articulations ?

Comment les astronautes boivent-ils du café dans l’espace ?

Elon Musk estime à 70 % ses chances d’aller sur Mars (et d’y mourir)