in

Voici le projet de “taxi-volant” français

Crédits : SeaBubbles

Après de premiers tests sur la Seine il y a deux ans et demi, les SeaBubbles reviennent dans la capitale. Ce projet français est relatif à un concept de taxi-volant un peu particulier. Le but ultime ? Créer une ligne de taxis-VTC en plein cœur de Paris.

Un demi-mètre au dessus de l’eau

La première fois que nous entendions réellement parler des SeaBubbles, c’était en 2017 avec déjà de premiers tests sur la Seine. Cette société, créée en 2015, est à l’origine d’un taxi-volant “zéro bruit, zéro vague et zéro émission”. Or, il faut savoir que l’engin déploie des foils, c’est-à-dire des lames dotées d’une orientation précise. Celles-ci s’appuient sur l’eau et produisent ainsi une force capable de surélever le véhicule jusqu’à 50 cm au-dessus des flots.

Évidemment, ce concept n’a rien de commun avec les autres projets de taxis-volants actuels. En effet, ces derniers ont réellement l’intention de s’envoler dans les airs. C’est pourquoi SeaBubbles semble jouer sur les mots, bien que le projet soit tout à fait sérieux. Ce dernier est d’ailleurs soutenu par la Maire de Paris Anne Hidalgo et notamment sponsorisé par le constructeur automobile Peugeot.

SeaBubbles taxi-volant seine 2
Crédits : SeaBubbles

Déménagement puis retour au bercail

Il faut savoir qu’après leur expérience parisienne, les créateurs avaient en 2018 décidé de déménager sur les rives du Lac Léman (Suisse). En cause, les limitations de vitesse en vigueur sur la Seine, à savoir 18 km/h voire 12 km/h par endroits. Or, les SeaBubbles sont à l’origine censés naviguer à une vitesse allant de 40 à 50 km/h.

En septembre 2019, le préfet de la région Île-de-France a publié un communiqué (PDF / 3 pages) officialisant une nouvelle expérimentation d’un bateau SeaBubbles sur la Seine. Ces tests se sont déroulés du 16 au 20 septembre sur les bords de Seine, en face de la Bibliothèque François-Mitterrand à Paris (voir vidéo en fin d’article). Il semble que les autorités aient cette fois montré une certaine souplesse. En effet, les SeaBubbles ont reçu l’autorisation de dépasser, de faire demi-tour et de naviguer à une vitesse maximale de 30 km/h. Habituellement, ces manœuvres sont totalement interdites.

L’idée est à terme de créer une ligne de taxis-VTC en plein cœur de la capitale, ce qui entraînera forcément une modification du règlement de la préfecture de police. Toutefois, il faudra que SeaBubbles se montre très convaincant sur une question cruciale : son adaptation au trafic sur la Seine qui est de 100 bateaux par heure.

Source

Articles liés :

Premier test pour le taxi volant Pop.Up Next, un véhicule d’un nouveau genre !

Le taxi volant Bell Nexus sera lancé en collaboration avec Uber en 2020 !

Le taxi volant électrique autonome d’AirSpaceX est prévu pour 2026