in

Voici le plus ancien stégosaure jamais découvert

Stegosaurus ungulatus. Crédits : Wikipédia

Des paléontologues annoncent avoir identifié les restes d’une nouvelle espèce de stégosaure vieille de 168 millions d’années au Maroc. C’est le plus ancien dinosaure du genre jamais découvert.

Quelques vertèbres et un humérus ont suffi à la paléontologue Susannah Maidment pour certifier qu’il s’agissait bien d’une nouvelle espèce de stégosaure. Les ossements de ces grands dinosaures herbivores à dos cuirassé par des plaques osseuses n’avaient jusqu’à présent été découverts qu’en Afrique australe, en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. C’est la première fois qu’un tel spécimen est repéré en Afrique du Nord. Dans les montagnes du Moyen Atlas au Maroc, plus précisément. Il vient d’être nommé Adratiklit boulahfa. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Gondwana Research.

Le plus ancien stégosaure

C’est également le plus ancien : 168 millions d’années. « La découverte d’Adratiklit boulahfa est particulièrement intéressante, car elle a été datée du Jurassique moyen, note en effet la chercheuse. La plupart des stégosaures connus datent de beaucoup plus tard au cours de la période jurassique, ce qui en fait le plus ancien stégosaure jamais décrit. Il contribuera à améliorer notre compréhension de l’évolution de ce groupe de dinosaures ».

Les chercheurs soulignent également que même s’il s’agit ici d’une toute nouvelle espèce, ce nouveau dinosaure serait étroitement lié aux stégosaures européens. À Dacentrurus et Mirigaia, plus précisément. Ces deux espèces ont en revanche évolué un peu plus tard, il y a entre 155 et 145 millions d’années.

stégosaure
Certains des os retrouvés appartenant à Adratiklit boulahfa, une nouvelle espèce de stégosaure identifiée au Maroc. Crédits : Muséum d’histoire naturelle

D’autres découvertes en perspective

Notons également que jusqu’à présent, les ossements de stégosaures découverts – y compris Sophie, le plus complet jamais identifié – étaient retrouvés dans des formations rocheuses qui tapissaient autrefois la Laurasie. Ce supercontinent se partageait à l’époque la Terre avec le Gondwana. Les paléontologues avaient alors tendance à penser que ces dinosaures étaient relativement absents du Gondwana. Or, cette nouvelle découverte remet cette hypothèse en question.

« Cela peut être dû au fait que les formations rocheuses du Gondwana ont fait l’objet de beaucoup moins de fouilles et d’études détaillées que le supercontinent Laurasia », note la chercheuse. Susannah Maidment et son équipe ambitionnent donc de poursuivre leurs recherches dans le but de découvrir d’autres ossements du même genre dans la région. L’idée serait de pouvoir établir un profil plus détaillé de cette nouvelle espèce. Il pourrait également se cacher d’autres nouveaux dinosaures inconnus de la science.

Articles liés :

85 empreintes de dinosaures découvertes en Angleterre

Découverte d’une empreinte de dinosaure colossale

Les punaises de lit étaient déjà là au temps des dinosaures