in

Voici le plan des agences spatiales pour empêcher un astéroïde de heurter la Terre

Crédits : NASA

Plusieurs agences spatiales ont élaboré un plan pour sauver la Terre, au cas où un astéroïde, semblable à celui qui a mené à l’extinction des dinosaures ou à celui ayant causé des dégâts considérables en Sibérie en 1908, se dirigerait droit sur nous. Le voici.

La solution la plus crédible serait de dévier la trajectoire de l’astéroïde avant qu’il ne heurte la Terre, grâce au lancement d’un impacteur. Mais attendre que l’événement se produise pour vérifier l’efficacité de cette solution serait bien trop dangereux pour l’avenir de notre planète. C’est pourquoi l’agence spatiale européenne (ESA), la NASA, le Centre Aérospatial allemand (DLR), l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA), l’université John Hopkins et son laboratoire de physique appliquée (JHU/APL) se sont regroupés pour tester leur hypothèse en conditions réelles, grâce à la mission AIDA.

Une sonde, nommée AIM (Asteroid Impact Monitor), sera envoyée en août 2019 pour analyser la structure et mesurer la trajectoire d’une petite lune baptisée Didymoon, qui gravite autour de l’astéroïde Didymos et qui servira de « cobaye » pour ce test. AIM évaluera également la déviation nécessaire et sera chargée de filmer la scène afin d’en analyser toutes les données, avant et après la déviation.

Un module spatial, qui aura le rôle du kamikaze de 300 kg, baptisé DART (Double Asteroid Redirection Test), sera lancé en juillet 2021 pour heurter cette petite lune d’environ 150 mètres de diamètre. Cette collision est prévue pour octobre 2022 et DART foncera sur Dydmoon à 6 km/s. La trajectoire devrait être modifiée de 1 % seulement, ce qui serait tout de même suffisant pour dévier un astéroïde qui se dirigerait droit vers la Terre.

La mission AIDA permettra de tester l’efficacité de cette solution, en analysant notamment la puissance de l’impacteur par rapport à la taille de l’astéroïde visé. Mais rassurez-vous, aucun danger imminent n’a été détecté dernièrement : ce n’est qu’une mesure de précaution.

Sources : Sciences et Avenir, Futura Sciences, GNT.

– Illustration artistique : Nasa