in ,

Voici le mouvement animal le plus rapide jamais enregistré

mandibule fourmis
Le mouvement biologique le plus rapide du monde. Source : Royal Society Open Science

Une équipe de chercheurs a récemment « flashé » le mouvement des mandibules des fourmis Dracula. Celles-ci seraient capables d’atteindre les 320 km/h en une fraction de seconde.

La fourmi Dracula (Mystrium camillae) est un prédateur souterrain connu pour se nourrir de l’hémolymphe de larves d’insectes, sans les tuer. Elle est aujourd’hui connue pour autre chose. Cette fourmi hors du commun est en effet dotée de mandibules aux mouvements incroyablement rapides. Une récente étude suggère en effet que celles-ci seraient capables de se refermer cinq mille fois plus rapidement qu’un simple clin d’œil. Les chercheurs du Smithsonian ont dû utiliser une caméra haute vitesse pour capturer et mesurer ce mouvement qui s’apparente à celui d’un claquement de doigts.

De zéro à 320 km/h en une fraction de seconde

En bien plus rapide, bien sûr. Lorsque vous claquez des doigts, une pression est exercée. Celle-ci s’intensifie, les doigts commencent à glisser l’un sur l’autre jusqu’au point de rupture. C’est un peu le même principe ici, mais avec des mandibules. En revanche, ce mouvement ne prend chez la fourmi Dracula que 0,000 015 seconde (imaginez-vous en train de passer de zéro à 320 km/h en une fraction de seconde). C’est tout bonnement la manœuvre biologique la plus rapide jamais connue.

Mystrium camillae fourmis dracula
Le mouvement biologique le plus rapide du monde. Source : Royal Society Open Science

«Ces fourmis sont fascinantes, car leurs mandibules sont très inhabituelles, poursuit Andrew Suarez, professeur de biologie animale et d’entomologie à l’Université de l’Illinois (États-Unis) et principal auteur de cette étude publiée dans la revue Royal Society Open ScienceLa plupart des fourmis à mandibules utilisent trois parties différentes pour le ressort, le loquet et le bras de levier. Chez Mystrium camillae, tout se combine dans chaque mandibule».

C’est donc cette structure unique et propre à cette espèce qui permet une telle rapidité. Chez les fourmis du genre Odontomachus et Myrmoteras – où les structures de ressort, de verrouillage et de déclenchement sont séparées -, il faut en moyenne trois à soixante fois plus de temps pour que les mâchoires se ferment.

Pour attaquer et se défendre

«Les fortes accélérations des frappes de Mystrium ont probablement pour résultat des forces d’impact importantes nécessaires à des comportements prédateurs ou défensifs», peut-on lire dans l’étude. L’utilité de telles mandibules doit en effet être commune aux autres espèces qui en sont dotées. «Les fourmis les utilisent pour frapper d’autres arthropodes, probablement en les étourdissant, ou en les écrasant contre un mur du tunnel, poursuit le chercheur. La proie est ensuite ramenée dans le nid où elle est ensuite transmise aux larves des fourmis».

Mystrium camillae
Fourmi Mystrium camillae. Crédits : Wikipédia

Source

Articles liés : 

Vidéo : quand un million de fourmis attaquent un nid de guêpes

Voici les fourmis esclavagistes

De nouvelles fourmis capables de se faire “exploser” face à l’ennemi découvertes à Bornéo