in ,

Voici l’arbre le plus dangereux au monde : le mancenillier

Crédits : Wikimedia Commons

Le mancenillier est un petit arbre que l’on trouve principalement dans des zones équatoriales. On le rencontre le plus souvent du sud de la Floride au nord de l’Amérique du Sud. Plutôt sympathique à première vue, cet arbre fruitier est en réalité un potentiel tueur : sa toxicité est extrême.

Le mancenillier (Hippomane mancinella) tire son nom du terme espagnol « manzanilla » qui signifie « petite pomme ». Les locaux ayant affaire à cet arbre l’appellent souvent « arbre de la mort » et qualifient son fruit de « petite pomme de la mort ». Ce titre peu honorifique lui a été décerné en raison de sa réputation d’arbre le plus dangereux du monde, également mentionné dans le Guinness World Record.

« Toute interaction avec ou ingestion d’une quelconque partie de l’arbre peut être mortelle » prévient l’Université de Floride dans une publication sur sa plateforme IFAS.

Le problème réside à la fois dans le fait que l’arbre produit diverses substances chimiques dangereuses (qui n’ont pas toutes été identifiées à ce jour), mais également que chacune des parties de l’arbre lui-même sont toxiques, à savoir le tronc et les branches (donc la sève), mais également et surtout les fruits. Il s’agit donc de se tenir à bonne distance du mancenillier pour éviter les problèmes.

Crédits : Wikimedia Commons

La toxicité extrême du mancenillier implique les meilleures précautions. Lors d’un jour de pluie, même une goutte d’eau entrant en contact avec notre peau après être tombée sur un mancenillier cause une éruption cutanée violente pareille à une brulure. Si l’arbre est lui-même brulé, la fumée émise peut causer des inflammations oculaires et dans les cas extrêmes, une cécité passagère.

Cependant, le fruit du mancenillier est sans doute le plus toxique élément de l’arbre. Dans une publication de la revue British Medical Journal remontant à août 2000, Nicola Strickland, un radiologue britannique, fait état de sa « rencontre » avec l’arbre de la mort :

« J’ai imprudemment mordu dans ce fruit et l’ai trouvé agréablement sucré. Quelques moments plus tard, mon ami et moi avons noté une étrange sensation poivrée dans nos bouches, qui s’est progressivement intensifiée jusqu’à devenir une sensation de brûlure et de constriction au niveau de la gorge. »

Ces effets se sont dissipés au bout de 8 heures, mais il s’agit seulement d’un aperçu de la dangerosité de l’arbre puisque les deux compères n’avaient pris qu’une toute petite bouchée du fruit en question. Il semble que dans les cas les plus sévères, le fruit peut être mortel, et ce après avoir occasionné une pléiade de symptômes tels que des nausées, diarrhées, vomissements, douleurs abdominales ou encore hémorragies.

Crédits : Wikimedia Commons

Dans une zone allant du sud de la Floride au nord de l’Amérique du Sud, des panneaux préviennent les habitants et touristes du caractère dangereux du mancenillier, donc en Floride, au Mexique et dans les Caraïbes (Martinique et Guadeloupe comprises). Les scientifiques ne comprennent toujours pas l’évolution de cet arbre vers une telle toxicité. Cependant, il a été observé que, bien que le mancenillier est toxique pour la plupart des êtres vivants, certains semblent lui résister. C’est le cas de l’iguane vert, capable de manger les fruits, et même d’habiter dans l’arbre, une véritable prouesse !

Sources : Maxi Sciences – Ouest France