in

Voici la première image de la nouvelle comète interstellaire

Crédits : iStock

Il y a quelques jours des chercheurs annonçaient avoir décelé la présence d’une possible comète interstellaire dans notre système. Une image de l’objet a pu être captée grâce à l’observatoire Gemini.

En octobre 2017, un objet (probablement un astéroïde) de 400 mètres de diamètre était repéré par des chercheurs de l’Université d’Hawaii. Compte tenu de sa trajectoire hyperbolique, il a été considéré que celui-ci – baptisé “Oumuamua” – provenait de l’extérieur du système solaire. Une première historique. Il y a quelques jours, une équipe d’astronomes repérait une comète qui, compte tenu de sa trajectoire très inhabituelle, semble elle aussi venir d’ailleurs. Une photographie en couleur de l’objet a pu être prise dans la nuit du 9 au 10 septembre grâce à l’observatoire Gemini, situé à Hawaii.

« Cette image a été rendue possible grâce à la capacité du Gemini à ajuster rapidement ses observations », explique Andrew Stephens, principal auteur de cette étude. Il fait ici référence au système d’optique adaptative utilisant des étoiles-guide lasers, lui permettant une correction de la turbulence atmosphérique en temps réel. Sinon, ces objets en mouvements rapides, qui ont une de visibilité très courte, seraient très difficiles à isoler.

Une image composite bicolore de l’observatoire Gemini du C/2019 Q4 (Borisov), la première comète interstellaire jamais identifiée. Crédits : Observatoire Gemini/NSF/AURA

D’autres observations à venir

Comme vous pouvez le voir sur l’image, cette nouvelle comète (baptisée C /2019 Q4) se distingue par sa queue, caractéristique de ce type d’objet. Signe que la comète se rapproche suffisamment du Soleil pour qu’il y ait une sublimation des glaces de son noyau. C’est une première. Notre tout premier visiteur interstellaire (Oumuamua) ne présentait pas ce type de structure.

Lors de sa découverte, le 30 août dernier, la comète se plaçait à environ 3,5 UA du Soleil (une UA équivaut à la distance Terre-Soleil). C’est pourquoi on ignore encore beaucoup de choses à son sujet (taille ? vitesse de rotation ? composition ?). Il va néanmoins falloir être encore un peu patient·e. L’objet est en effet actuellement proche de la position apparente du Soleil dans le ciel nocturne. Ainsi les observations risquent d’être compliquées au cours des prochaines semaines. Son trajet hyperbolique devrait en revanche le ramener dans un champ de vision plus favorable à la fin de l’année.

Les informations récoltées par les chercheurs durant cette prochaine fenêtre d’observations pourraient permettre de déterminer la provenance de l’objet. Du moins, on l’espère. Concernant Oumuamua, rappelons qu’une étude publiée l’année dernière a suggéré que la comète nous venait d’un système binaire (deux étoiles), dans constellation de la Lyre. C’est dans cette partie du ciel que se trouve notamment Vega, la deuxième étoile la plus brillante de l’hémisphère nord, juste après Arcturus.

Articles liés :

L’ESA se prépare à “intercepter” une comète entrante

TESS capture des images incroyables d’une comète

Ces deux étoiles se tournent autour en moins de 7 minutes