in

Voici la Casa Ojalá, une tiny house en forme de yourte !

Crédits : Casa Ojalá / Beatrice Bonzanigo

Pensée par une architecte italienne, la Casa Ojalá est ronde comme une yourte, mais surtout compacte comme une tiny house. Toutefois, ce type d’habitation n’est pas synonyme d’inconfort. En effet, la Casa Ojalá est confortable, modulable et autonome.

Une tiny house modulable

Beatrice Bonzanigo est une architecte travaillant au sein de l’IB Studio à Milan (Italie). L’intéressée est à l’origine d’un concept de logement présenté lors de la Milan design week en 2019. Baptisée Casa Ojalá, cette maison prend la forme d’une yourte, l’habitat traditionnel de nombreux nomades vivant en Asie centrale. Toutefois, cette dernière se classe plutôt dans la catégorie tiny house avec sa surface de seulement 27 m².

En cours de fabrication, la Casa Ojalá devrait être installée dans la campagne italienne pour une phase de test. Il faut savoir que la maison est modulable et pensée pour pouvoir être placée à peu près n’importe où sans avoir besoin de fondations. De plus, ce coté modulable permet 20 types de configurations différentes ! Il est question d’un système reposant sur des cordes et des poulies, dont la manipulation peut faire bouger les murs et les cloisons.

yourte tiny house 3
Crédits : Casa Ojalá / Beatrice Bonzanigo
yourte tiny house 2
Crédits : Casa Ojalá / Beatrice Bonzanigo

Autonome et confortable

Puisque la Casa Ojalá est modulable, celle-ci se veut naturellement autonome. En témoigne la présence d’une cheminée, de panneaux solaires sur le toit ainsi que d’un récupérateur d’eau de pluie. Au passage, toute volonté d’autonomie passe obligatoirement par un système de récupération d’eau. Une petite web-série s’était intéressée à ce point précis en 2019. Bien que compacte, la maison est aménagée en conséquence. Évoquons la présence de toilettes encastrées dans le sol ainsi que d’un espace de vie ouvert ou semi-ouvert selon les besoins. Et comment ne pas citer l’échelle intérieure, donnant accès à une ouverture sur le toit, elle-même débouchant sur une terrasse.

En revanche, deux questions semblent se poser concernant ce type d’habitation. Premièrement, le prix. En effet, les éventuelles personnes intéressées ne pourront en prendre connaissance qu’en s’inscrivant sur le site officiel de la Casa Ojalá. Néanmoins, selon les visuels, la qualité des finitions laisse plutôt penser à un tarif onéreux. Enfin, évoquons le poids de la maison. Si celui-ci n’a pas été communiqué, l’habitation semble plutôt lourde et massive. Or, l’absence de fondations semble confirmer cette hypothèse. Ainsi, ceci serait un gage de durabilité mais question transportabilité, il ne faudra sûrement pas trop espérer.