in

Voici comment générer de l’électricité avec quelques petits objets du quotidien

Crédits : Capture vidéo

Fabriquer son électricité soi-même avec très peu de matériel, c’est ce qu’ont voulu montrer des chercheurs suisses et japonais, par le biais d’un tutoriel vidéo. Ce dispositif ingénieux aurait également trouvé un domaine d’application.

L’initiative est née de la collaboration de chercheurs provenant de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et de l’Université de Tokyo. Ils ont réussi à construire un mini-générateur capable de produire une tension électrique de 3V, équivalent à celle de deux piles classique LR3 (AA).

Ce mini-générateur, dont le procédé de fabrication est présenté dans un tutoriel (en fin d’article), n’est pas très onéreux. En effet, il suffit d’avoir en sa possession un crayon à papier, du carton et un ruban de téflon, autant dire trois fois rien.

Comment fonctionne le dispositif ?

Le petit appareil fonctionne sur la base d’un phénomène très connu : l’électricité statique obtenue à l’aide de deux matériaux isolants. Ces derniers, mis en contact, ont la capacité de se charger en électricité, l’un devenant positif et l’autre négatif. Dans ce cas précis, c’est au tour du teflon de jouer le rôle d’isolant.

Afin de mettre au point le mini-générateur, les chercheurs ont simplement découpé deux petits rectangles en carton de même taille et ont collé sur l’un de ces rectangles, un morceau de ruban en teflon. L’autre face dépourvue de teflon est alors complètement coloriée avec un crayon à papier, tout comme l’une des faces du second rectangle en carton.

Les couches de crayon à papier (donc de carbone) serviront d’électrodes, afin de faire circuler l’électricité. Les chercheurs les ont ensuite reliées à deux fils électriques ainsi qu’à un mini-écran à cristaux liquides qui servira de témoin quant à la présence de courant.

Ensuite, les deux rectangles sont scotchés par leurs extrémités après une légère inclinaison, afin d’éviter tout contact et garantir une neutralité électrique. D’apparence, le résultat ressemble à un mini-sandwich où les couches de carbone se trouvent sur les deux faces externes et au milieu, le teflon. Enfin, afin d’obtenir les 3V de tension, il faut appuyer de manière intensive sur le dispositif à une fréquence de 1,5 pression par seconde.

À première vue, il pourrait s’agir d’un simple bricolage ne servant pas à grand-chose, mais en réalité, un tel dispositif pourrait s’avérer utile dans le but d’alimenter des capteurs peu onéreux et n’ayant besoin que de faibles quantités de courant. D’ailleurs, le concept est déjà en cours d’application dans certains pays en développement, et ce à des fins de diagnostic médical ne nécessitant qu’une goutte de sang.

Voici le tutoriel vidéo publié par l’École polytechnique fédérale de Lausanne (en anglais) :

Sources : Daily MailSciences et Avenir

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.