in

Voici pourquoi certaines chansons nous restent en tête

Crédits : 683440 / Pixabay

Nous connaissons tous ce phénomène, parfois embêtant, qui veut que certaines chansons entrent dans nos têtes pour ne plus en sortir. Des chercheurs viennent de comprendre ce phénomène et nous l’expliquent.

Le fait pour une chanson d’investir nos têtes pour y rester un bon moment est appelé scientifiquement « imagerie musicale involontaire » (INMI), et est surnommé « vers d’oreille ». Une équipe de chercheurs anglais et canadiens viennent de comprendre le mécanisme cérébral qui permet ces INMI.

Pour parvenir à comprendre ce phénomène, les chercheurs ont réuni 44 volontaires en bonne santé (et pas musiciens) âgés entre 25 et 70 ans, à qui il a été demandé de répondre à deux questionnaires ayant pour sujet la fréquence des épisodes d’INMI chez eux. Ils ont ensuite été soumis à une IRM cérébrale permettant aux chercheurs de mesurer l’épaisseur du cortex et le volume de matière grise dans différentes zones du cerveau.

Résultat, les personnes qui connaissent des épisodes d’INMI plus fréquents ont une épaisseur corticale réduite dans deux zones de chaque hémisphère cérébral : le gyrus temporal transverse, impliqué dans la perception auditive, et le gyrus frontal inférieur, impliqué dans la mémorisation des mots. Cette observation a également été faite chez les volontaires les plus jeunes, montrant qu’il n’y a pas de lien avec le vieillissement cérébral.

Autre observation, il existe des différences de structures entre ceux qui n’aiment pas ces épisodes d’INMI et ceux pour qui ce phénomène est agréable. Chez les premiers, la matière grise est davantage présente dans le lobe temporal droit, une zone liée à l’audition ainsi qu’à la mémorisation d’une situation selon ses qualités affectives. Chez ceux qui trouvent cela plaisant, cette matière grise est plus présente dans le gyrus parahippocampique, une zone cérébrale liée à la mémorisation. « Les INMI sont un phénomène qui mobilise les circuits cérébraux impliqués dans la perception, les émotions, la mémoire et les pensées spontanées », expliquent les chercheurs dans leur publication.

Pour ceux qui ont du mal avec ces épisodes intrusifs, il existe une solution. En effet, pour les scientifiques de l’Université de Reading, il suffirait de mâcher du chewing-gum pour mettre fin à cette chanson qui ne quitte pas vos pensées.

Source : sciencedirect