in

Voici AnBot, le robot anti-émeute qui sévit en Chine

Au cours de la foire internationale du Hi-tech qui a eu lieu en Chine, un agent un peu particulier a pris son service pour la première fois, à savoir AnBot, un robot de sécurité dont la mission première est de maintenir l’ordre.

À ChongQinq, une ville de la taille d’un pays comme l’Autriche au centre de la Chine, un nouveau gardien de la paix est expérimenté par les autorités, un robot d’un mètre 50 pour 78 kg baptisé AnBot. Un robot de sécurité qui doit maintenir l’ordre dans la ville, et grâce à une autonomie importante, il va effectuer des rondes de huit heures d’affilée à raison d’un kilomètre par heure. Sa vitesse maximale, elle, est de 18 km/h.

AnBot est véritablement autonome et possède toute la panoplie du bon agent. Capable de patrouiller seul, il peut passer des appels d’urgence, se recharger tout seul et surtout, il comporte des modules complémentaires pour mesurer et détecter les agents biochimiques ou les explosifs, et même les désactiver. S’il détecte une menace, AnBot est capable de déployer un dispositif anti-émeute. Enfin, s’il entend un appel au secours, ou bien si une personne appuie sur le bouton urgence qu’il propose, la police est de suite sollicitée.

Ce robot pourrait à terme être déployé dans les aéroports, les gares ainsi que tous les lieux publics à forte affluence pour venir compléter le travail de la police anti-émeute déjà en place, comme le suggère Wei Quansheng, un officier du Bureau de Sécurité Publique de Pékin. Il pourrait également venir prêter main forte aux agents de la province du Xinjiang, région turcophone à dominante musulmane, où les attentats et les émeutes contre le pouvoir central sont de plus en plus communs.

Après notamment Jia Jia, le robot féminin ultra-réaliste, la robotique continue ses progrès et ses innovations, plaçant parfois l’humain entre la fascination et l’effroi.

Source : time