in

Voici à quoi pourraient ressembler nos futures maisons sur Mars

Crédits : AI SpaceFactory

Il y a quelques semaines, la NASA désignait le gagnant d’un concours visant à imaginer des structures habitables sur Mars. Voici à quoi les maisons martiennes pourraient ressembler.

Si la NASA convoite la Lune en 2024, c’est pour viser la planète rouge au cours de la prochaine décennie. Outre les défis inhérents au voyage en lui-même se pose la question des futurs habitats martiens. En ce sens, l’agence américaine a lancé en 2015 le 3D-Printed Habitat Challenge. L’idée de ce concours visait à proposer et évaluer différents habitats imprimés en 3D capables d’assurer le maintien en vie des futurs explorateurs.

Plusieurs équipes ont tenté de relever le défi. Deux équipes sont sorties du lot : l’agence d’architecture AI SpaceFactory et la Pennsylvania State University. Pour les départager, la NASA leur a demandé de construire en quatre jours un habitat au tiers de la taille de leur vision originale.

Au final, c’est l’équipe de AI SpaceFactory qui gagné. L’agence a ensuite reçu une enveloppe de 500 000 dollars (445 000 euros) pour la conception d’une capsule verticale qui pourrait être imprimée en seulement trente heures. Là encore, les architectes ont su relever le défi. Il est donc tout à fait possible que ces structures qui semblent sorties d’un film de science-fiction puissent un jour permettre aux humains de vivre sur Mars.

Ressources in situ

Alors que d’autres équipes avaient imaginé des dômes bas ou enterrés, AI SpaceFactory s’est penchée sur des structures hautes et verticales baptisées “Marsha”, mieux adaptées à la pression atmosphérique de Mars.

Elles seront fabriquées à partir de fibres de basalte (une roche que l’on trouve sur Mars). Elles auront aussi besoin de plastique biodégradable fabriqué à partir de plantes qui pourraient théoriquement pousser sur la planète rouge.

Comme le rappelle David Malott, fondateur et PDG d’Ai SpaceFactory, s’appuyer sur des ressources in situ sera essentiel. “L’envoi de matériaux sur Mars coûtera trop cher“, explique-t-il. “Nous voulons un endroit où les astronautes puissent rester. Ces bâtiments devront être construits par des robots avant l’arrivée des premiers humains avec des matériaux retrouvés directement sur la planète“.

Mars
Crédits : AI SpaceFactory

Des structures résistances et durables

Lors des phases de test, ces matériaux se sont montrés très résistants et capables de stopper les rayons cosmiques nocifs, mais pas que. Ils présentent également l’avantage d’être 100% recyclables et beaucoup moins gourmands en énergie comparativement au béton ou au ciment par exemple. En ce sens, il est donc tout à fait possible d’imaginer que ces structures soient également un jour proposées sur Terre.

Toute la merveille de ce que nous faisons est qu’en réfléchissant au défi de construire dans un environnement extrême et distant sur Mars, nous résolvons en réalité un défi fondamental de la construction sur Terre qui consiste à construire plus manière durable“, poursuit David Malott.

Côté intérieur, les capsules sont pensées pour isoler les espaces habitables des fluctuations extrêmes de la température sur Mars. Sur place, il peut faire entre -140°C et 20°C selon les saisons. Or, les températures seront toujours agréables et constantes à l’intérieur.

Mars
Crédits : AI SpaceFactory

Les astronautes à l’intérieur pourront également évoluer sur quatre niveaux, chacun identifié par une atmosphère unique (de quoi éviter la monotonie). Chaque niveau sera accessible par un escalier enroulant la coque de la structure. Un éclairage circadien, conçu pour recréer la lumière terrestre, sera également utilisé pour optimiser la santé de l’équipage.

mars
Crédits : AI SpaceFactory

On ne sait pas pour l’heure si ces structures seront véritablement un jour déployées sur Mars. Quoi qu’il arrive, il y a de grandes chances pour que vous ne puissiez pas en profiter ! En revanche, pour celles et ceux qui ça intéresse, sachez qu’il est désormais possible d’expérimenter la vie martienne. Cela se passe pendant trois jours et trois nuits par le biais d’une simulation grandeur nature située en Espagne.

Vous retrouverez plus d’informations ici.

Source

Articles liés :

Tomates, radis ou quinoa : ces cultures qui pourraient un jour pousser sur Mars

Alyssa Carson : cette jeune astronaute pourrait être la première personne à poser le pied sur Mars

Quels impacts sur l’humanité aurait la découverte d’une vie sur Mars ?