in

Voici 3753 Cruithne, l’astéroïde surnommé à tort « seconde Lune » de la Terre

asteroide terre
Crédits : SpaceReference.org

Dans les années 1980, un astronome amateur découvre un astéroïde géocroiseur assez spécial. Une décennie plus tard, les scientifiques qualifient officiellement l’objet de « quasi-satellite » de la Terre, ou de « quasi-Lune ». Quel est cet objet et pourquoi celui-ci n’est-il pas vraiment le second satellite de notre planète ?

Une orbite en forme de fer à cheval

La Lune est le seul satellite de la Terre, mais un autre objet aurait pu lui faire de la concurrence : l’astéroïde géocroiseur (3753) Cruithne. Ce dernier a été découvert le 10 octobre 1986 par l’astronome amateur J. Duncan Waldron sur une photographie de l’observatoire de Siding Spring (Australie). Plus d’une dizaine d’années plus tard, les astronomes ont qualifié l’objet de quasi-satellite de la Terre.

Mais pourquoi (3753) Cruithne n’est-il pas un véritable satellite de notre planète ? En réalité, la trajectoire de l’astéroïde n’est pas parfaitement elliptique comme c’est le cas de celles de la Lune et des satellites artificiels que les humains ont placé en orbite autour de la Terre. En effet, il est question d’une orbite en forme de fer à cheval ou de haricot.

Plus précisément, l’astéroïde a une période orbitale d’une durée d’un peu moins d’un an, soit une période à peu près similaire à celle que prend la Terre pour tourner autour du Soleil. Ainsi, (3753) Cruithne est un « compagnon » de la Terre, toujours dans son sillage sans pour autant jouer le rôle de satellite.

rotation asteroid e terre soleil
Crédits : Jecowa / Wikimedia Commons

Un possible terrain d’entraînement pour astronautes

L’astéroïde n’est jamais observable à l’œil nu depuis la Terre et ceci n’est pas un hasard. En effet, celui-ci a un diamètre de seulement cinq kilomètres et se trouve à bonne distance : 12 millions de kilomètres. De plus, il n’existe aucun risque de collision avec notre planète, surtout que la différence de période orbitale entre les deux astres fait que l’ellipse en forme de fer à cheval de (3753) Cruithne a tendance à s’éloigner progressivement. Néanmoins, la position initiale de l’ellipse revient tous les 385 ans, et ce depuis plus de 100 000 ans. Le rapprochement maximal entre les deux objets s’est produit en 1902 puis se produira à nouveau en 2292 et en 2676.

Comme l’expliquait le média Discover Magazine dans un article du 1er décembre 2022, certains scientifiques pensent que l’astéroïde pourrait représenter un terrain d’entraînement idéal pour les astronautes. Il s’agirait de permettre à ces derniers de s’exercer à se poser sur de petits objets, en vue du lancement de véritables missions d’exploration à la surface d’astéroïdes.

Il faut dire que la perspective d’explorer des astéroïdes peut ouvrir la porte à une exploitation. Citons l’exemple de 16 Psyché, intéressant grandement la NASA. Cet objet ayant un diamètre de 226 kilomètres pourrait en théorie rapporter un milliard d’euros à chaque terrien. Il faut dire que l’astéroïde renferme un noyau de fer, de nickel et d’or.

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.