in

Voici les 12 thèmes récurrents des pires cauchemars

Crédits : tombud / Pixabay

Dormir ne détend pas toujours : les cauchemars viennent régulièrement empoisonner notre sommeil. Mais ils se distinguent en deux catégories et ne sont pas les mêmes pour une femme et pour un homme.

Tout d’abord, les cauchemars idiopathiques sont moins traumatisants et rapidement oubliés. Puis, les « pires cauchemars » sont quant à eux plus marquants, entraînant le réveil et la détresse. Une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal, menée par Alexandra Duquette, a réalisé une étude sur les thèmes fréquents des « pires cauchemars ».

L’étude, se basant sur environ 10 000 rêves, explique que l’agression physique est le thème le plus récurrent dans les cauchemars idiopathiques. Les hommes et les femmes ont révélé avoir des cauchemars différents : par exemple, le thème des désastres (inondations, guerres, tremblements de terre, etc.) revient plus souvent chez les hommes ; à l’inverse, les femmes rêvent plus de conflits interpersonnels.

78 femmes et 78 hommes ont rapporté leurs « pires cauchemars » (vous pouvez observer ci-dessous les thèmes récurrents chez les femmes et chez les hommes). Les deux types de cauchemars montrent des similitudes et des différences.

Les conflits personnels représentent 20 % des cauchemars dits « normaux», mais très peu pour les « pires cauchemars ». La présence d’une force maléfique revient en revanche deux fois plus dans ces derniers. Concernant le développement narratif et les éléments déclencheurs, les deux catégories de cauchemars sont similaires. 20 % des « pires cauchemars » finissent de façon soit positive contre 22 % des cauchemars idiopathiques.

Source: Alexandra Duquette, Valérie English et Antonio Zadra / Radio Canada
Source: Alexandra Duquette, Valérie English et Antonio Zadra / Radio Canada

Source : Radio Canada.