in

Ils s’apprêtent à « vivre sur Mars » pendant un an

CHAPEA Mars
Ce "bac à sable" sera utilisé pour des sorties dans l'espace simulées lors de la mission CHAPEA. Crédits : NASA

La NASA est sur le point d’enfermer quatre chercheurs dans un avant-poste martien simulé pendant un an. L’objectif sera de collecter un maximum de données pour préparer les futures missions martiennes habitées. Voici ce que nous savons de ce projet.

Isolés pendant un an

La NASA ambitionne d’envoyer des humains sur Mars avant 2040. Pour ce faire, l’agence va devoir faire face à nombreux défis techniques. Par exemple, outre le fait d’assurer un voyage vers la planète rouge (peut-être à bord d’une fusée à propulsion nucléaire) et un atterrissage en toute sécurité, les chercheurs devront également évaluer la réponse de notre corps façonné par la pression, l’atmosphère, les températures et la gravité terrestres à cet environnement hostile.

Les enjeux psychologiques seront également importants. Rappelons qu’un voyage sur Mars prend entre six et neuf mois, sans compter la mission in situ. Les concernés, qui vivront à plusieurs millions de kilomètres de la Terre, devront aussi faire face à des retards constants de communication. Or, nous savons que le simple fait de se sentir isolé peut avoir des conséquences sur la psyché humaine.

C’est pourquoi avant d’envoyer du monde sur Mars, il est nécessaire de multiplier les tests sur Terre. Pour ce faire, la NASA dispose d’un nouvel environnement martien simulé de 158 m² appelé Mars Dune Alpha, développé dans le cadre de la mission Crew Health and Performance Exploration Analog (ou simplement CHAPEA).

Dès le mois de juin prochain, quatre membres d’équipage embarqueront à l’intérieur pour y vivre pendant un an. La mission sera dirigée par Kelly Haston, qui étudie les maladies humaines. Elle sera accompagnée de l’ingénieur de vol Ross Brockwell, du médecin Nathan Jones et de l’officier scientifique Alyssa Shannon.

La NASA avait lancé son appel aux candidatures en 2021. Pour espérer être choisis, les participants devaient être titulaires d’un diplôme dans un domaine STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) et avoir une expérience de pilotage ou une formation militaire. Tous les candidats ont également dû passer les mêmes tests que les astronautes pour s’assurer qu’ils soient aptes au programme.

Préparer les futurs martiens

Situé au Johnson Space Center de la NASA à Houston, cet habitat simulé conçu par le studio d’architecture d’impression 3D ICON comprend des quartiers d’équipage privés, une cuisine, des espaces de vie, des espaces de travail et deux salles de bains. Il y a aussi un environnement « externe » de 111 m² où l’équipage effectuera quelques sorties pour prélever des échantillons.

CHAPEA Mars
Quartiers de l’équipage dans l’avant-poste simulé. Crédits : NASA/Bill Stafford

Au cours de leur mission d’un an, les membres d’équipage feront ce que feront les futurs explorateurs martiens. Ces activités incluent de la cuisine, de l’exercice, du nettoyage, de la croissance de cultures et de la recherche scientifique. Ils seront également soumis à des facteurs de stress environnementaux, tels que des pannes d’équipement et des retards de communication avec le contrôle de mission.

Cette simulation permettra à la NASA de collecter des données sur les performances cognitives et physiques de manière à se donner une meilleure idée des impacts potentiels des missions de longue durée vers Mars sur la santé et les performances de l’équipage. En fin de compte, ces informations aideront l’agence à prendre des décisions éclairées pour concevoir et planifier une mission humaine réussie. Deux autres séjours seront également proposés en 2025 et 2026.