in

Dans une forêt près de Vittel, les arbres ont poussé dans du plastique

décharge sauvage Vittel bouteilles plastique arbres
©Capture vidéo : Une association dénonce la présence d'une décharge de bouteilles plastique chez Nestlé/France 3 Grand Est via YouTube

En plus d’être accusé d’épuiser les ressources naturelles, Nestlé Waters, propriétaire de Vittel, est tenu pour responsable de la pollution plastique des nappes phréatiques.

Vittel est une commune française située dans le département des Vosges, connue mondialement pour son eau minérale éponyme appartenant depuis 1992 au groupe suisse Nestlé Waters. La marque fait partie de la Société des Eaux de Vittel, comprenant également Hépar et Contrex.

L‘impact écologique du prélèvement de Nestlé Waters sur les nappes phréatiques est régulièrement pointé du doigt par les ONG (notamment pour conflits d’intérêts, privatisation des ressources ou encore pollution plastique).

Des arbres qui poussent dans du plastique

Dans une forêt proche de la ville de Vittel, des riverains ont découvert, en 2014, une immense décharge sauvage. Au pied des arbres d’une colline boisée d’apparence préservée, s’amoncellent quantité de déchets, qui ne sont autres que des bouteilles d’eau en plastique estampillées d’un grand V… Entre goulots, fragments, bouchons et autres débris plastifiés, les racines des arbres semblent s’entrelacer dans ces déchets en PVC.

Selon les porte-paroles du collectif Eau 88, à l’analyse du logo de Vittel imprimé en relief sur les cadavres de bouteilles, les déchets dateraient de la fin des années 60.

Dès l’année de la découverte de cette décharge sauvage, une plainte a été déposée contre Nestlé pour atteinte à la santé publique et à l’environnement. Reconnaissant l’existence de cette décharge, la multinationale a toutefois affirmé qu’elle était à l’époque actionnaire minoritaire…

décharge sauvage Vittel bouteilles plastique
©Capture vidéo : Une association dénonce la présence d’une décharge de bouteilles plastique chez Nestlé/France 3 Grand Est via YouTube

La découverte de plaques de plastique fondu au pied des arbres

D’épaisses plaques de plastique fondu auraient été retrouvées au pied des arbres de la forêt, vestiges des échecs industriels de la marque :

Pendant environ 20 ans, les camions vidaient les bouteilles défectueuses dans la fosse et les brûlaient.

C’est en effet sous la colline boisée de cette forêt vosgienne que les propriétaires de Vittel auraient creusé à l’époque une fosse d’envergure pour enfouir leurs déchets plastiques après les avoir brûlés…

D’autres sources minérales potentiellement contaminées

Cette grande quantité de plastique enfouie menace sérieusement les nappes phréatiques : en s’infiltrant, l’eau de pluie transporte les particules et polluants des bouteilles, contaminant potentiellement les deux autres sources voisines Contrex et Hépar.

En autorisant l’enfouissement de plastique brûlé dans ces décharges sauvages, les propriétaires de Vittel savaient eux-mêmes qu’ils contaminaient possiblement leurs forages.

Face à cette missive, Nestlé soutient analyser régulièrement ses eaux par un laboratoire, arguant qu’aucune contamination n’a à ce jour été détectée. Affaire à suivre…

L’impact du plastique sur les nappes phréatiques

L’impact du plastique sur les nappes phréatiques est une préoccupation environnementale à échelle mondiale. Les nappes phréatiques, ou « aquifères », sont des réservoirs souterrains d’eau douce jouant un rôle crucial dans l’approvisionnement en eau potable. Parmi ces impacts majeurs :

  • Pollution de l’eau : du fait de leur très longue décomposition, les microplastiques se retrouvent souvent dans les nappes phréatiques, achevant de contaminer l’eau souterraine, la rendant alors impropre à la consommation.
  • Conséquences sur la faune et la flore : les organismes des eaux souterraines peuvent ingérer des microplastiques, perturbant alors leurs fonctions biologiques et déréglant la chaîne alimentaire.
  • Difficulté de détection et de nettoyage : du fait de leur localisation (sous la surface de la Terre), il est souvent difficile de détecter la présence de plastiques dans les nappes phréatiques et de les éliminer efficacement.
  • Risques pour la santé humaine : effets à long terme de l’ingestion de microplastiques via l’eau potable.
rivière eau nappe phréatique
©Bruskov/iStock