in

Notre visiteur interstellaire serait recouvert d’une couche de “crème solaire”

Crédits : ESO/M. Kornmesser

Oumuamua, notre premier visiteur interstellaire, attire l’attention des scientifiques du monde entier. Il y a quelques jours, une équipe de chercheurs découvrait que l’objet disposait d’une couche de protection naturelle contre les rayons cosmiques du Soleil, et qu’un noyau de glace pourrait se cacher en dessous.

L’observation récente de l’astéroïde interstellaire Oumuamua (ou plus formellement 1I/2017 U1) a suscité de nombreuses questions chez les scientifiques. Façonné comme un cigare, le mystérieux objet reste aujourd’hui notre seul visiteur de passage dans notre système qui soit “venu d’ailleurs”. Probablement d’origine naturelle, beaucoup s’affairent aujourd’hui à étudier ce voyageur interstellaire dans le but de récolter un maximum d’informations à son sujet. À l’heure actuelle, Oumuamua est à un peu plus de 2 unités astronomiques (UA) – soit un peu plus de deux fois la distance entre la Terre et le Soleil. Cela le place bien au-delà de l’orbite de Mars, à mi-chemin entre Mars et Jupiter. Pour ne rien arranger, l’objet se déplace aujourd’hui à plus de 315 000 km/h, et prévoit de quitter bientôt notre système. Il faut donc faire vite.

Nous savons néanmoins deux ou trois choses sur l’objet. Long de 400 mètres et large de 40, des chercheurs notaient il y a quelques jours que l’objet est recouvert d’une couche de « crème solaire organique » qui le protège des rayons du soleil. Les résultats de ces travaux, publiés dans la revue Nature, sont basés sur des observations spectroscopiques. L’équipe a constaté que l’objet présentait en effet un manque de glace à sa surface et que ses caractéristiques spectroscopiques étaient comparables aux surfaces organiquement riches découvertes dans le système solaire externe. Pour les chercheurs, cela correspond aux prédictions selon lesquelles l’exposition à long terme aux rayons cosmiques aura conféré à l’objet une sorte de « manteau isolant ».

Les chercheurs pensent que la « couche » externe d’Oumuamua a une épaisseur d’environ 0,5 mètre et qu’elle pourrait empêcher un noyau interne glacé de se vaporiser sous la chaleur du soleil. Cette glace est d’un intérêt particulier. L’objet a en effet beaucoup de choses à nous raconter sur son lieu de naissance. À l’instar de nos astéroïdes et comètes, il a enregistré les ingrédients qui composaient la nébuleuse où il est né ainsi que les planètes autour de son étoile mère. En supposant que cela se produise dans d’autres systèmes planétaires, tout ce que nous apprenons sur notre premier visiteur interstellaire pourrait améliorer notre compréhension du cosmos.

Source