in

La menace d’une nouvelle épidémie plane chez les mammifères marins

Le dauphin de Fraser infecté avant l'autopsie. Crédits : K. West et al., 2021/Cindy Kern

Des chercheurs ont isolé une nouvelle souche de morbillivirus, un genre de virus à ARN responsable d’épidémies mortelles chez les dauphins. Cette espèce en particulier étant connue pour être très sociale, les chercheurs craignent que l’agent pathogène ne se propage rapidement parmi d’autres populations de mammifères marins.

En 2018, un jeune mâle dauphin de Fraser (Lagenodelphis hosei) échouait au large de Maui, à Hawaii. Son corps était en assez bon état, mais ses organes et ses cellules présentaient des signes de maladie. Deux ans d’enquête ont finalement révélé le coupable : une souche inconnue et « très divergente » de morbillivirus.

Le virus de la rougeole, celui de la maladie de Carré, celui de la peste des petits ruminants et de la peste bovine intègrent le même genre. Chez les mammifères marins, deux souches ont récemment entraîné des taux de mortalité élevés chez les dauphins au large du Brésil et de la côte ouest de l’Australie.

Un virus qui pourrait rapidement se propager

La découverte d’une nouvelle souche de virus est évidemment inquiétante, d’autant que celle-ci a été isolée sur un dauphin de Fraser, une espèce très sociale connue pour se mêler à d’autres dauphins et baleines. En conséquence, ces animaux pourraient transmettre cet agent pathogène hautement infectieux en dehors de l’océan Pacifique central où évoluent normalement ces dauphins, obligeant les gestionnaires de la faune marine et les écologistes à être sur leurs gardes, selon les auteurs qui détaillent leurs travaux dans Scientific Reports.

« C’est également important pour nous ici, à Hawaii, car nous avons de nombreuses autres espèces de dauphins et de baleines (une vingtaine) susceptibles d’attraper de ce virus, dont certaines sont très vulnérables« , souligne Krisi Ouest, de l’Hawaii Institute of Marine Biology. « Un exemple est celui de nos fausses orques insulaires, en voie de disparition. On estime qu’il ne reste que 167 individus. Si le morbillivirus devait se propager à travers cette population, cela constituerait non seulement un obstacle majeur au rétablissement de la population, mais pourrait également constituer une menace d’extinction« .

dauphins mammifères marins virus
Un groupe de dauphins de Fraser repéré près d’Hawaii. Crédits : NOAA/Allan Ligon

Un programme de vaccination envisagé

Les auteurs soulignent que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tester les taux d’immunité chez les mammifères marins dans le Pacifique central. D’autres espèces pourraient en effet déjà avoir acquis une immunité contre ce morbillivirus grâce à une exposition antérieure, mais cela ne pourra être déterminé que par des tests d’anticorps. L’équipe demande également au public de signaler les observations d’animaux morts ou en détresse à la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Fait encourageant : la NOAA a déjà travaillé sur un programme de vaccination contre le morbillivirus pour créer une immunité collective parmi les phoques moines d’Hawaii, en voie de disparition. Une campagne de vaccination chez les dauphins pourrait donc aussi être envisagée selon l’évolution de la situation.