in

Virgin Orbit lance 10 satellites lors d’un vol d’essai historique

Crédits : Virgin Orbit

La fusée LauncherOne de la société californienne Virgin Orbit a finalement réussi à atteindre l’espace lors de son deuxième vol d’essai motorisé tenté ce dimanche. Et ce n’est pas tout : la fusée a également déployé avec succès dix petits satellites.

Si toutes les entreprises ont choisi de faire décoller leurs fusées à la verticale, l’entreprise Virgin Orbit vise quant à elle un tout autre type de lancement dit “aéroporté”. Dans les grandes lignes, la fusée est accrochée sous un avion transformé en lanceur (en l’occurrence ici, un Boeing 747-400). Elle est ensuite larguée à une altitude d’environ 10 000 mètres, puis déclenche ses moteurs dans le but de rejoindre l’orbite basse de la Terre. Selon Virgin, cette stratégie de lancement permettrait d’augmenter la flexibilité et la réactivité par rapport aux fusées traditionnelles.

En mai dernier, Virgin Orbit avait raté le lancement de sa première fusée, baptisée LauncherOne (21 mètres de long), depuis l’aéroport de Mojave dans le désert de Californie, aux États-Unis. L’avion “Cosmic Girl” de la compagnie avait bel et bien décollé puis libéré sa charge comme prévu. Malheureusement, celle-ci n’avait pas réussi à atteindre l’orbite terrestre. Un communiqué publié par la société avait alors évoqué une “anomalie” entraînant l’arrêt du moteur NewtonThree alimentant le premier étage de la fusée.

Toutefois, des analyses ont finalement de comprendre pourquoi ce lancement avait mal tourné. Les ingénieurs ont depuis effectué des correctifs en prévision d’une seconde tentative opérée ce dimanche 17 janvier. Et ce lancement, contrairement au premier, s’est déroulé comme prévu.

Dix satellites livrés avec succès

Dans le cadre de cet essai, les pilotes Kelly Latimer et Todd Ericson ont décollé du port aérien et spatial de Mojave en Californie, à 10 h 50 heure locale, évoluant au-dessus de l’océan Pacifique.

Environ une heure après le décollage, à une altitude d’environ 10 700 mètres, la fusée LauncherOne s’est séparée de l’avion puis a déclenché le moteur NewtonThree de son premier étage pendant environ trois minutes, direction l’espace. Lors de la tentative précédente, une conduite de propulseur s’était rompue juste après la mise à feu de ce moteur. Or, cela n’a pas été le cas cette fois.

L’étage supérieur de la fusée s’est ensuite séparé avec succès, avant d’enclencher son moteur NewtonFour comme prévu, puis la fusée s’est glissée en orbite autour de notre planète avant de libérer, 45 minutes plus tard, dix minuscules satellites (cubesats) fournis par huit groupes universitaires américains et le centre de recherche Ames de la NASA.

virgin
La fusée LauncherOne décolle sous l’aile de son avion porteur depuis la Californie le 17 janvier 2021. Crédits : Virgin Orbit via Twitter

Virgin Orbit, qui vient de “cocher toutes les cases” de ce test, est désormais pleinement opérationnelle pour entamer ses premiers vols commerciaux. Nous savons que l’US Space Force, la Royal Air Force britannique et quelques entreprises privées ont d’ores et déjà réservé des missions.

À terme, Virgin Orbit entend revendiquer une part importante du marché croissant des lancements de petits satellites actuellement dominé par Rocket Lab, dont le booster Electron est opérationnel depuis 2018.