in

Une ville chinoise en quarantaine à cause d’un cas mortel de peste

Crédits : Donations_are_appreciated / Pixabay

Les 30000 habitants de la ville de Yumen, dans la province du Gansu, ont reçu la semaine dernière l’interdiction de quitter la région suite au décès d’un homme de 38 ans ayant contracté la peste pneumonique. L’information relayée par le South China Morning Post prévoit la fin de la procédure de quarantaine pour aujourd’hui, après neuf jours d’isolement.

L’homme aurait été exposé au bacille en découpant une marmotte afin de nourrir son chien, rapporte le SCMP. Il aurait été saisi de fortes fièvres quelques heures plus tard avant d’être conduit à l’hôpital local, où lui fut diagnostiqué une forme extrêmement virulente et contagieuse de la maladie, dite peste pneumonique. Celle-ci survient lorsque le bacille pénètre l’organisme directement par le système respiratoire, et se révèle mortelle en quelques jours en l’absence d’un traitement rapide et adéquat. Elle est également la seule forme de peste transmissible sans contact, via une toux infectieuse.

Les autorités sanitaires ont immédiatement appliqué les protocoles de prévention, bouclant plusieurs quartiers de la ville où l’homme avait l’habitude de séjourner. Les forces de police locales ont été ensuite chargées de détourner le trafic routier afin de contourner l’agglomération et éviter tout risque de propagation. Les ressources de la ville devaient permettre aux habitants de vivre en autarcie pendant au moins dix jours, a assuré un officiel du bureau local de gestion céréalière.

Aucun autre cas n’a été répertorié depuis.

Une menace loin d’être éradiquée

La peste est classée comme maladie ré-émergente par l’Organisation Mondiale de la Santé, avec 95 % des cas recensés en Afrique actuellement. Sa présence est révélatrice de mauvaises conditions d’hygiène et d’une forte proximité avec des populations de rongeurs, vecteurs naturels de la maladie. La dernière pandémie enregistrée démarra en Chine en 1894, avant de s’étendre dans les ports de tous les continents en une dizaine d’années. C’est lors de cet épisode que le bactériologiste Alexandre Yersin découvrit et identifia le bacille Yersinia Pestis, ouvrant la voie à de nombreux traitements. Aujourd’hui, la peste est responsable de la mort d’environ 150 personnes par an.

Répartition mondiale des foyers de peste entre 1970 et 1998. En bleu foncé : Cas de peste rapportés. En bleu clair : Présence du pathogène chez les animaux. / Wikipedia

Sources SCMP, wikipédia, OMS