in

Les Vikings souffraient déjà de la variole il y a 1 400 ans

Crédits : The Swedish National Heritage Board

L’analyse de plusieurs dents de Vikings vieilles d’environ 1 400 ans suggère qu’ils ont été infectés par la variole. Selon les chercheurs, ces grands navigateurs ont peut-être même contribué à la propagation de la maladie à travers l’Europe.

La variole se caractérisait par l’éruption de centaines de pustules sur le corps. C’est l’une des pires maladies essuyées par l’humanité. Éradiquée depuis 1980, elle aura tout de même été responsable de la mort de plus de 300 millions de victimes rien qu’au 20e siècle. Causée par le virus variola, dont le réservoir est strictement humain, elle se transmettait directement par les gouttelettes provenant de la toux et des éternuements.

Les Vikings (aussi) ont souffert de la variole

L’histoire de la variole humaine est encore très floue. Selon des études génomiques, il semblerait que le virus ait commencé à évoluer de façon indépendante il y a environ 3 400 ans. Néanmoins, nous n’avions jusqu’à maintenant des preuves de sa présence qu’à partir du 17e siècle, d’où l’importance de cette nouvelle étude publiée dans la revue Science.

Des traces de cette affection viennent en effet d’être isolées sur les cadavres de 11 Vikings évoluant il y a environ 1 400 ans. Ces corps proviennent de plusieurs pays : Danemark, Norvège, Russie, Royaume-Uni et île d’Oland (Suède).

Ces nouvelles souches sont n’ont pas grand-chose à voir avec leurs descendantes. “Elles ont un modèle très différent de gènes actifs et inactifs par rapport au virus moderne“, précise le Dr Barbara Mühlemann, de l’Université de Cambridge. “Il existe de multiples façons dont les virus peuvent diverger et muter en souches plus douces ou plus dangereuses. C’est un aperçu significatif des étapes suivies par le virus variolique au cours de son évolution“.

La structure génétique de ces anciennes souches est différente de celle du virus de la variole éradiquée au 20e siècle. Néanmoins, elles existaient donc bel et bien il y a 1400 ans. “Nous savons maintenant que Vikings avaient la variole“, souligne Eske Willerslev, coauteur de l’étude.

vikings variole
Les corps de Vikings massacrés du Xe siècle, trouvés dans une fosse commune au St John’s College d’Oxford. Crédits : Services archéologiques de Thames Valley

Les Vikings vecteurs de la maladie ?

Selon le chercheur, le mode de vie des anciens grands navigateurs aurait même pu contribuer à diffuser cette maladie à travers l’Europe. Il fait évidemment le parallèle avec la pandémie de Covid-19 qui a déjà fait plus de 600 000 morts dans le monde.

Les gens voyageant à travers le monde ont rapidement propagé le Covid-19 . Il est donc probable que les Vikings aient de leur côté propagé la variole“, explique-t-il. “La différence est qu’à cette époque, ils voyageaient par bateau plutôt que par avion“.

Il reste toutefois difficile de dire si cette maladie était à l’époque aussi mortelle que celle du 20e siècle. Les individus étudiés dans le cadre de ces travaux sont effectivement morts avec suffisamment de variole dans leur sang pour que nous puissions la détecter 1 400 ans plus tard. Cependant, rien ne dit aujourd’hui que ce virus est à l’origine de leur décès.