in

Comme nous, les chimpanzés âgés préfèrent la compagnie de vieux amis

Crédits : menu4340/pixabay

Deux décennies d’observations des chimpanzés ont permis de constater que les spécimens plus âgés, comme leurs homologues humains, ont tendance à privilégier les vieilles amitiés, jugées moins stressantes.

Les humains qui prennent de l’âge ont tendance à favoriser de petits cercles d’amitiés déjà bien établies, plutôt que d’en rechercher de nouvelles. Ces relations, jugées plus positives, ont pour effet d’éviter les situations de conflits qui génèrent du stress. Jusqu’à présent, nous pensions que ces comportements étaient uniques aux humains, mais il s’avère que les chimpanzés, nos plus proches parents vivants avec les bonobos, adoptent également la même stratégie. C’est du moins la conclusion d’une étude publiée dans la revue Science.

Deux décennies d’observations

Dans le cadre de ces travaux, des primatologues se sont appuyés sur plus de 78 000 heures d’observations d’interactions sociales enregistrées entre 1996 et 2015, impliquant 21 chimpanzés mâles âgés de 15 à 58 ans. Tous évoluent dans le parc national de Kibale, en Ouganda.

Notez que les chercheurs se sont ici concentrés sur les mâles dans la mesure où ces derniers tissent des liens sociaux plus importants et plus fréquemment que les femelles.

Au terme de leur étude, les primatologues ont souligné que les chimpanzés plus âgés préféraient passer plus de temps seuls, mais qu’ils privilégiaient aussi les interactions impliquant des spécimens avec lesquels ils avaient développé des amitiés au fil des années. Ces chimpanzés préféraient par exemple s’asseoir près de ceux qui prenaient aussi l’habitude de s’asseoir près d’eux. Les chercheurs ont également intégré les habitudes de toilettage mutuel.

Nous voyons des individus avoir ces amitiés déséquilibrées, puis à mesure qu’ils vieillissent, nous les observons commencer à passer du temps avec ceux qui rendent la pareille“, explique Zarin Machanda,  de l’Université Tufts, qui cosigne cette étude.

À l’inverse, les plus jeunes affichaient davantage de relations unilatérales et antagonistes.

chimpanzés
Trois chimpanzés mâles se toilettent. Crédits : John Lower

Biais de positivité ?

Chez l’Homme, ce besoin de paix et de tranquillité chez les sujets âgés a déjà été étudié. Ce “biais de positivité”, comme on l’appelle, se traduit généralement par une préférence affichée pour les émotions positives. Les personnes âgées privilégient donc les relations déjà bien établies, celles-ci permettant justement de les soutenir. Pour expliquer cette caractéristique, les chercheurs soutiennent qu’à mesure que nous vieillissons, notre sentiment imminent de mortalité nous amène à vouloir tirer le meilleur parti du temps disponible.

La même intention pourrait-elle ainsi guider les chimpanzés âgés à privilégier les vieilles amitiés ? Ce n’est pas si évident. “Même si les chimpanzés sont très intelligents, ils ne comprennent pas qu’ils vont mourir“, souligne en effet Richard W Wrangham, de l’Université Harvard et co-auteur de cette nouvelle étude. “Il est beaucoup plus probable que quelque chose d’autre se passe chez les chimpanzés pour expliquer pourquoi leurs relations deviennent plus positives à mesure qu’ils vieillissent“.