in ,

Vietnam : un ver parasite quasiment disparu aurait refait surface !

Crédits : National Museum of Health and Medicine / Flickr

Récemment, un hôpital vietnamien a annoncé avoir traité un patient infecté par un ver parasite très rare : le filaire de Médine. L’homme présentait de douloureuses lésions cutanées aux jambes et aux bras, un cas que les médecins n’avaient jamais vu.

Un cas unique au Vietnam

Dans un article publié par le quotidien local SaiGon Giai Phong le 7 juin 2020, l’Hôpital national des maladies tropicales de Hanoï (Vietnam) a rapporté le cas très surprenant d’un homme de 23 ans de la province de Yên Bái (nord-est). Ce patient souffrait de la présence d’abcès aux jambes, qui se sont ensuite propagés jusque dans les bras. Durant plusieurs jours, l’homme a alterné les épisodes de douleurs et de fatigue intense.

Finalement, les médecins ont, depuis les abcès aux mains, retiré pas moins de cinq « vers intestinaux rares ». Or, leur longueur était plutôt impressionnante, comprise entre 30 et 60 centimètres ! Selon les médecins, ce genre de cas est unique au Vietnam et ceci n’est pas un hasard. En effet, le ver en question n’avait jamais été vu dans le pays.

Les médecins vietnamiens sont parvenus à identifier le coupable : le filaire de Médine (Dracunculus medinensis). Plus communément nommé “ver de Guinée”, celui-ci est quasiment éteint. Au milieu des années 1980, il y avait environ 3,5 millions de cas dans le monde. En 2019, quelques pays africains tels que l’Angola, le Cameroun, le Soudan du Sud et le Tchad ont répertorié un total de 53 cas. Ainsi, la présence de ce ver parasite au Vietnam semble très étonnante, si bien que des experts mènent actuellement l’enquête afin de vérifier son authentification.

ver parasite
Crédits : Public Domain Files

Un processus long et douloureux

Découvert en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné, le ver de Guinée est responsable de la dracunculose, une étonnante maladie tropicale. L’infection des humains se produit par la consommation d’eau stagnante (ex : étangs) ou de crustacés dans lesquels des larves du ver sont présentes. Ensuite, les larves arrivent dans le tube digestif puis migrent vers le tissu sous-cutané via la paroi intestinale.

Lorsque que le ver devient adulte, celui-ci se déplace sous la surface de la peau, le plus souvent le long des jambes et des pieds. Par ailleurs, il faut savoir que ce parasite n’oublie pas de relancer le cycle de contamination. En effet, lorsque la personne infectée se trouve en contact avec de l’eau, le ver transperce la peau et pond à l’extérieur !

Selon une publication de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Dracunculus medinensis peut mesurer jusqu’à 80 cm de long pour un diamètre de 2 mm. La dracunculose est rarement mortelle mais cette maladie est très douloureuse. Par ailleurs, le processus de la maladie peut être très long puisque les premiers vers commencent généralement à émerger un an après l’infection.