in

Vidéo : un rare « poisson-baleine » filmé dans les profondeurs du Pacifique

Crédits : MBARI

Les véhicules télécommandés (ROV) plongés dans les profondeurs océaniques permettent aux chercheurs de repérer des espèces que nous ne verrions jamais autrement. Récemment, une équipe a eu la surprise de tomber sur un poisson-baleine à plus de 2000 mètres sous le niveau de la mer. Que sait-on de cette espèce ?

Des chercheurs du Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI) à l’origine des premières images d’une baudroie abyssale de Johnson (Melanocetus johnsonii) filmées en 2014 sont récemment tombés sur une autre espèce tout à fait particulière. Le poisson appartient à l’ordre des Cétomimiformes, aussi connus sous le nom de « poissons-baleines ».

La créature a été repérée à 2013 m de profondeur au large de la Baie de Monterey par le ROV Doc Ricketts, développé par l’aquarium californien. Une telle rencontre est assez rare pour être mentionnée. « Nous n’avons pu approcher ces poissons obscurs que dix-huit fois en 34 ans d’exploration sous-marine avec nos véhicules télécommandés (ROV)« , écrit le MBARI dans une publication Facebook.

Trois formes différentes

Ces poissons sont très intéressants dans la mesure où ils développent plusieurs formes corporelles différentes au cours de leur vie. En outre, les mâles sont très différents des femelles. « C’est également le cas chez de nombreuses espèces de méduses où plusieurs stades de développement différents sont souvent considérés comme deux espèces différentes, jusqu’à ce que quelqu’un puisse relier les points« , explique le Dr Steve Haddock, du MBARI.

Dans un premier temps, ces poissons-baleines entament leur vie sous forme larvaire avec des yeux fonctionnels. À mesure qu’ils progressent vers l’âge adulte, le cristallin disparaît. Les poissons deviennent donc aveugles. Et pour cause, à ces profondeurs, la lumière du soleil est quasi inexistante. En échange, ils développent un organe festonné de pores sensoriels. Ceux-ci leur permettent d’appréhender leur environnement en détectant les vibrations.

poisson-baleine
Crédits : MBARI

Le développement suivant du plan corporel dépend ensuite du sexe. Chez les mâles, les mâchoires, l’œsophage et les intestins disparaissent. À l’inverse, la puissance nasale se développe. Le foie et les organes sexuels prennent également de l’ampleur pour occuper toute la cavité abdominale. Grâce à ces mutations, les mâles peuvent alors « flairer » les femelles dans le but de se reproduire. Une fois le sperme évacué, leur énergie s’épuise et ils finissent pas mourir.

Les femelles subissent quant à elles également leur propre métamorphose. Elles développent un corps beaucoup plus important que celui des mâles (jusqu’à dix fois plus gros) et prennent l’aspect d’une petite baleine rouge-orange vif. La gueule s’agrandit également dans le but de pouvoir se nourrir de plus grosses proies. Le spécimen filmé ci-dessous est l’une de ces femelles.