in

Vidéo : écoutez le plus petit félin d’Amérique “gazouiller” comme un oiseau

Crédits : Mauro Tammon/Wikipédia

Une nouvelle vidéo publiée par National Geographic dans le cadre de la série Photo Ark  nous présente ce qui pourrait être le tout premier enregistrement vocal du Guigna, le plus petit félin d’Amérique.

Le Guigna (Leopardus guigna), également appelé Chat du Chili et Kodkod, est le plus petit félin d’Amérique. L’animal se caractérise par des oreilles rondes, une queue courte et touffue et des pieds larges. Son pelage fauve à brun tacheté de noir rappelle celui du guépard. Il mesure environ 50 cm de long, et pèse en moyenne deux kilos (soit environ la moitié d’un chat domestique).

On ne sait pas grand-chose de ce félin, mis à part qu’il s’agit un animal solitaire très timide et dépendant de la forêt, où il chasse rongeurs et oiseaux. Il peut s’observer, avec beaucoup de chance, dans le centre et le nord du Chili.

félin
Un Guigna photographié près d’une zone dense de fougères. Crédits : Jim Sanderson/Wikipédia

Le 10 000ème membre du Projet Ark

Malgré ce manque d’informations, nous savons que le Guigna, comme beaucoup d’autres mammifères de la région, est menacé par la perte et la fragmentation de son habitat. De ce fait, l’espèce est aujourd’hui considérée comme vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle ce petit prédateur insaisissable a récemment rejoint la base de données Photo Ark du National Geographic, grâce notamment au travail du photographe Joel Sartore. Il est le 10 000ème membre de ce projet, qui présente une série de portraits d’animaux sauvages dans le but de célébrer la biodiversité mondiale.

De rares vocalises

Le photographe en a également profité pour capturer quelques sons de l’animal, qui semble “gazouiller” comme un oiseau.

Le sujet présenté, nommé Pikumche, évolue actuellement en captivité dans un centre de réhabilitation de la Réserve nationale de faune andine Eduardo Avaroa. C’est l’un des rares centres fauniques au monde à héberger des Guignas, et à soigner des individus retrouvés blessés.

Pikumche est malheureusement orphelin. Un prédateur a en effet tué sa mère alors qu’il n’avait que 10 jours. Il a ensuite été élevé par l’homme, et ne peut aujourd’hui plus retourner dans la nature en raison de son attachement aux humains. Durant la séance photo, le jeune félin n’a d’ailleurs pas hésité à témoigner de son affection en se frottant contre les jambes du photographe, rapporte en effet Christine Dell’Amore au National Geographic.