in

Pourquoi ces victimes de sacrifices mayas avaient-elles des fibres bleues dans les dents ?

mayas grotte de minuit
L'entrée de la grotte de la terreur de minuit au Belize. Crédits : photographie de la California State University, Los Angeles

Une équipe de chercheurs annonce avoir trouvé des preuves d’un possible bâillonnement des victimes sacrificielles mayas avant leur mort. Dans un article publié dans l’International Journal of Osteoarchaeology, l’équipe décrit leur analyse du tartre dentaire des dents trouvées dans une grotte au Belize.

En 2006, un voleur tentant d’échapper à une foule d’habitants vivant près de Belmopan, au Belize, est tombé par hasard dans un trou à l’intérieur d’une grotte inconnue. Après avoir secouru le pillard blessé, les habitants ont découvert un grand nombre d’ossements humains.

Deux ans plus tard, la California State University a entrepris une enquête de trois ans, divisant la grotte en huit zones. Environ 10 000 ossements ont été isolés dans les zones V et VIII, tous datés de la période classique (250 à 925 après JC) par datation au radiocarbone et analyse de la céramique environnante. Près de la moitié (43%) de ces ossements étaient ceux de juvéniles.

Sur la base du contexte, de la démographie et des preuves de traumatisme périmortem, les restes ont été interprétés comme représentant des victimes sacrificielles.

Des fibres dans les dents

Dans le cadre d’un nouvel effort, l’équipe a voulu en apprendre davantage sur le régime alimentaire de ces personnes en analysant le tartre déposé autour de leurs dents. Des travaux passés ont en effet montré que le tartre pouvait conserver d’infimes quantités de matière consommée.

Au cours de leurs analyses, les chercheurs ont identifié de minuscules morceaux de fibres. Certaines étaient blanches et d’autres bleues. Des fibres similaires ont été trouvées dans les boissons à base d’agave consommées par les Mayas. Mais pour le cas de figure des victimes sacrificielles, l’équipe suggère que ces fibres se sont plus probablement introduites dans le tartre dentaire en mâchonnant des bâillons.

mayas grotte fibres bleues
Une fibre bleue, probablement en coton, retrouvée dans l’une des dents d’une victime. Crédits : Linda Scott Cummings/PaleoResearch Institute

Les chercheurs soulignent également que la couleur bleue était considérée comme spéciale par les anciens Mayas, souvent utilisée pour décorer des objets rituels. Selon eux, le tissu de coton aurait ici été teint en bleu pour les cérémonies rituelles et utilisé comme bâillons pour faire taire les victimes.

L’incrustation des fibres dans le tartre des dents laisse également à penser que ces bâillons ont été maintenus en place pendant un temps considérable. Par ailleurs, nous savons que les victimes sacrificielles mayas étaient souvent retenues captives pendant de longues périodes de temps ou transportées sur de longues distances.

L’équipe concède cependant que cette étude a deux limites. D’une part, la vitesse à laquelle la plaque se forme et durcit varie en fonction du type d’aliment consommé et de la physiologie d’une personne. Ainsi les chercheurs ne peuvent savoir avec certitude quand ces fibres ont été piégées dans les dents. De plus, très peu de dents des victimes de cette grotte avaient du tartre dentaire, ce qui limitait l’analyse.