in

Les régimes à base de viande et de produits laitiers favorisent bien les risques de cancer

Crédits : Free-Photos / Pixabay

Des chercheurs ont récemment identifié un lien moléculaire direct entre les régimes à base de viande et de produits laitiers et le développement d’anticorps dans le sang qui augmentent les risques de développer un cancer.

La molécule Neu5Gc est l’un des deux types fondamentaux d’acides sialiques rencontrés dans le règne animal. Il est toutefois absent chez l’Homme et chez les oiseaux. De notre côté, nous produisons des anticorps anti-Neu5Gc pendant l’enfance lors de notre première exposition aux produits laitiers et à la viande.

Nous savons depuis plusieurs années qu’il existe une corrélation entre la présence de ces anticorps et le risque de développer un cancer (le cancer colorectal, en particulier). Cependant, il n’y avait jusqu’à présent aucun lien direct entre ces anticorps et la consommation de viande et de produits laitiers. C’est désormais chose faite. Les détails de ces travaux sont publiés dans la revue BMC Medicine.

Les habitudes alimentaires françaises

Dans le cadre de cette recherche, une équipe internationale dirigée par le Dr Vered Padler-Karavani, de l’Université de Tel-Aviv, s’est dans un premier temps appuyée sur l’étude NutriNet-Santé. Lancée en France en 2009 par Roselyne Bachelot et dirigée par le Pʳ Serge Hercberg, il s’agit d’une étude de cohorte dont l’objectif est de mieux évaluer les relations entre la santé et la nutrition en visant la participation de 500 000 internautes.

Concrètement, à partir de cette étude, les chercheurs ont mesuré la prévalence de Neu5Gc dans une variété d’aliments laitiers et carnés courants dans le régime français. Ils ont ensuite calculé l’apport quotidien de cette molécule chez 19 621 adultes âgés de 18 ans et plus. Chacun avait détaillé en ligne sa consommation alimentaire sur une période de plusieurs jours.

L’équipe a ensuite retenu un échantillon représentatif de 120 participants pour tester les niveaux d’anticorps anti-Neu5Gc dans leur sang. Sur la base de ces résultats, les chercheurs ont alors créé un index appelé l’indice Gcemic. En gros, ce dernier classe les aliments dont la consommation excessive peut conduire à une augmentation des anticorps et donc, de ce fait, à une potentielle augmentation du risque de cancer.

viande fromage
Crédits : stevepb/pixabay

Un lien moléculaire direct

Les résultats sont très clairs : “Nous avons trouvé une corrélation significative entre une consommation élevée de Neu5Gc provenant de la viande rouge et des fromages, et un développement accru de ces anticorps qui augmentent le risque de cancer“, explique le Dr Padler-Karavani.

Pendant des années, des efforts ont été faits pour trouver une telle connexion, mais personne ne l’a fait. Ici, pour la première fois, nous avons pu trouver un lien moléculaire grâce à la précision des méthodes utilisées pour mesurer les anticorps dans le sang et les données détaillées des questionnaires sur l’alimentation française“. Naturellement, les chercheurs invitent à baisser notre consommation de produits animaux.

Ce n’est pas seule étude à proposer le même type de conclusion. Récemment, des recherches ont en effet suggéré que même de petites quantités de viande rouge augmentent les risques de décès. Accessoirement, la hausse de la consommation mondiale de viande et de produits laitiers pourrait également avoir un impact dévastateur sur l’environnement au cours des prochaines décennies.