in

Vers des glissements de terrain de plus en plus fréquents dans les hauts reliefs d’Asie du sud

Crédits : NASA Scientific Visualization Studio / Helen-Nicole Kostis.

Des chercheurs de la NASA, de la NOAA et de l’Université Stanford aux États-Unis ont produit les premières projections quantitatives de l’évolution des glissements de terrain dans les montagnes d’Asie du sud. En effet, avec le changement climatique, on s’attend à une hausse notable et non sans conséquences de cet aléa. Les résultats ont été publiés dans la revue Geophysical Research Letters le 11 février dernier. 

Les chaines de montagnes situées autour du plateau tibétain stockent et redistribuent une quantité substantielle d’eau douce. L’altitude du relief et son exposition aux précipitations permettant une accumulation conséquente de neige et la présence de nombreux lacs et glaciers. Cette eau approvisionne plus d’1 milliard de personnes dans les régions environnantes. De fait, tout changement dans le cycle hydrologique régional tend à avoir des répercussions profondes.

Avec le réchauffement du climat, le problème du retrait du manteau neigeux et d’une partie des glaciers se pose déjà. Et il se posera encore plus frontalement à l’avenir. A fortiori dans une région subissant un important développement et donc une demande en eau qui continue de croître. Mais ce n’est là qu’une facette des changements qui s’annoncent.

Hausse de la fréquence des glissements de terrain

En effet, des chercheurs ont récemment trouvé que la modification du régime hydrique en climat plus chaud menait à une aggravation des événements précipitants les plus intenses. Et par conséquent, à une augmentation des glissements de terrain dans les monts du secteur. En particulier, à la frontière entre la Chine et le Népal où une hausse de 30 % à 70 % est prévue en moyenne annuelle d’ici à la fin du siècle. Des chiffres liés pour l’essentiel aux changements en saison chaude, lorsque les pluies de mousson prennent place.

glissements de terrain
Changement dans l’activité des glissements de terrain en 2061-2100 par rapport à 1961-2000 en hiver (en-haut) et en été (en-bas). Notez l’élévation particulièrement élevée en saison chaude (saison de la mousson humide). Crédits : D. Kirschbaum & al. 2020 / NASA.

Selon les auteurs, une telle évolution aurait des implications notables. Plus précisément, l’excitation des glissements de terrain aux altitudes où siègent lacs et glaciers risque d’induire des effets en cascades. On pense notamment aux ondes de crues qui peuvent impacter très négativement les communautés et les infrastructures situées en aval. Ces vagues se propageant parfois sur des distance de plusieurs centaines de kilomètres. Enfin, les impacts plus directs sont également à considérer (réseau routier, tourisme, paysage, etc.).

Une étude quantitative novatrice

Pour effectuer leur travail, les scientifiques ont utilisé des observations satellites, un registre des glissements de terrain passés ainsi qu’un modèle de climat. Après y avoir couplé un module de représentation de la dynamique du sol (LHASA), ils ont vérifié si les variations constatées sur les dernières décennies pouvaient être fidèlement reproduites. Puis, ils ont évalué comment le risque de glissement de terrain muterait dans un monde bien plus chaud (2061-2100). Il s’agit de la première étude qui aborde cette question de façon quantitative.

« Notre espoir est d’étendre nos recherches à d’autres régions du monde présentant des risques similaires de glissements de terrain, y compris l’Alaska et les Appalaches aux États-Unis », rapporte Sarah Kapnick co-auteur de l’étude et physicienne à la NOAA. « Nous avons développé une méthode et trouvé comment travailler ensemble sur une région spécifique. Maintenant nous aimerions regarder aux États-Unis pour comprendre quels sont les dangers actuels et futurs ».

Articles liés :

La Chine construit 30 villes éponges pour adoucir le choc du changement climatique

« Stormquakes » : découverte d’une relation insoupçonnée entre cyclones et activité sismique

Des inondations et glissements de terrain font au moins 66 morts en Indonésie