in ,

Vers une catastrophe électronique au milieu du XXIe siècle ?

Crédits : Nasa

Une équipe de chercheurs britanniques et américains fait état d’une probabilité relativement élevée d’une catastrophe électronique sur Terre aux environs de l’an 2050. Elle serait provoquée par une forte baisse de l’activité solaire perturbant considérablement l’héliosphère. 

Les dernières décennies ont été caractérisées par une période d’activité solaire relativement élevée. Toutefois, la récente période de minimum solaire prolongée a conduit à suggérer que le cycle de maximum solaire peut être à sa fin comme l’écrivent des chercheurs britanniques et américains dans la revue Nature. En 2010, les chances de revenir à un cycle de minimum solaire au cours des quarante prochaines années ont été estimées à 8 %. Mais la baisse de l’activité solaire s’est poursuivie de manière plus rapide que toutes les autres baisses des 9 300 dernières années. Cela a conduit les scientifiques à revoir cette estimation à la hausse pour obtenir désormais une probabilité d’environ 20 %.

Cette baisse significative de l’activité solaire aura un impact direct sur l’héliosphère du Soleil en la réduisant d’environ un tiers. L’héliosphère est une zone en forme de bulle allongée dans l’espace, engendrée par les vents solaires. Elle fonctionne comme une sorte de cocon protecteur qui limite le champ magnétique de l’astre du jour.

Selon les scientifiques, cette réduction de l’héliosphère conduira à une émission dans le Système Solaire de flux de particules de haute énergie qui pourraient fortement endommager les systèmes électroniques de la Terre. « L’héliosphère, qui protège notre planète des rayonnements cosmiques nuisibles, s’affaiblit depuis les années 50 du XXe siècle. Si l’activité solaire continue à s’accroître au même rythme, les changements commenceront à se produire sur Terre dans la prochaine décennie », prévient le professeur Mike Lockwood de l’Université de Reading (Angleterre) qui a participé à l’étude.

Ils ajoutent que ces changements dans l’activité solaire seront également caractérisés par la migration des aurores polaires, lesquelles se déplaceront vers les zones tempérées ou encore par une augmentation de cas de maladies de la peau.