in

L’IA surpasse désormais les avocats spécialisés dans la révision des documents juridiques

Crédits : Capture Youtube / LawGeex

L’IA devrait bientôt remplacer les humains dans un certain nombre de professions. Et certaines d’entre elles pourraient être un peu inattendues. Celle d’analyste juridique par exemple.

Les responsables de la plate-forme juridique LawGeex, ont récemment collaboré avec des professeurs de droit de l’Université de Stanford, de la Faculté de droit de l’Université Duke et de l’Université de Californie du Sud. Ils ont confronté une vingtaine d’avocats expérimentés et une IA spécialement formée pour évaluer des contrats juridiques. Les conditions contrôlées de l’étude ont été conçues pour ressembler à la façon dont les avocats examinent et approuvent habituellement les contrats de tous les jours. Les concurrents ont alors dû examiner cinq accords de non-divulgation en quatre heures et identifier 30 questions juridiques, y compris l’arbitrage, la confidentialité des relations et l’indemnisation. Ils ont ensuite été notés en fonction de la précision avec laquelle ils ont identifié chaque problème.

Après deux mois de tests, les résultats sont les suivants : l’IA a terminé le test avec une note d’exactitude moyenne de 94 %, tandis que les avocats ont atteint une moyenne de 85 %. La cote de précision la plus élevée de l’IA pour un test individuel était de 100 %, tandis que la note la plus élevée obtenue par un avocat humain pour un seul contrat était de 97 %. Plus précise donc, mais aussi beaucoup plus rapide. En moyenne, les avocats ont mis 92 minutes pour terminer l’examen des contrats. Le temps le plus long pris par un sujet était de 156 minutes et le plus court de 51 minutes. L’IA, elle, n’aura mis en moyenne que 26 secondes.

L’écart d’efficacité entre les deux groupes pourrait même être encore plus grand que nous ne le pensons. C’est ce qu’affirme Gillian K. Hadfield, professeure de droit et d’économie à l’Université de Californie du Sud, et l’une des consultantes de l’étude. Lors de l’expérience, les avocats étaient complètement et singulièrement concentrés sur la tâche à accomplir. Dans le monde réel, cependant, ils auraient d’autres responsabilités à assumer, des distractions et des interruptions qui augmenteraient probablement le temps réel qu’il leur faut pour réviser les contrats.

Si la loi peut être un domaine relativement nouveau pour l’IA, ce n’est pas le seul dans lequel elle a démontré qu’elle surpassait les humains en termes de précision et d’efficacité. Côté médecine, des chercheurs anglais de l’hôpital John Radcliffe et de la start-up Optellum travaillent par exemple sur des systèmes d’IA capables de diagnostiquer les maladies cardiaques et le cancer du poumon plus tôt et plus précisément que les médecins humains. La sismologie est également visée, entre autres. En février, l’IA s’est en effet révélée capable de détecter 17 fois plus de tremblements de terre dans l’Oklahoma que les méthodes traditionnelles.

Concernant le droit, il est clair que l’IA ne remplacera pas définitivement les avocats, du moins pas dans les années à venir. En revanche, ceux-ci pourront s’appuyer dessus pour se débarrasser de leurs corvées administratives.

Source