in

Le ver de terre serait l’animal le plus important sur Terre

ver de terre lombric animal terrestre lombricien
©Liudmila Chernetska/iStock

Malgré son manque de popularité, le ver de terre aurait le don d’améliorer considérablement notre qualité de vie. Une étude d’envergure menée par le CIRAD a en effet décrété que le lombric serait l’animal le plus important sur Terre.

C’est en étroite collaboration avec la revue Science que le CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) a mené une étude d’envergure sur le ver de terre. Ces travaux colossaux avaient pour objectif de faire reconnaître le rôle primordial du ver de terre, ce véritable ingénieur des écosystèmes.

Le ver de terre, un ingénieur aux mille facettes

Le ver de terre joue un rôle essentiel dans l’écosystème terrestre en tant qu’ingénieur du sol. Ses activités contribuent en effet à la santé des sols et présentent un impact significatif sur de nombreux aspects écologiques.

Aération et enrichissement du sol

Les vers de terre creusent des galeries souterraines en ingérant de la matière organique et en laissant derrière eux des excréments appelés « lombricastes », riches en nutriments essentiels (azote, phosphore et potassium). Lorsque les vers remontent ces nutriments à la surface, ils fertilisent alors le sol et en améliorent sa qualité.

Les galeries creusées par les lombriciens permettent également d’améliorer la structure du sol, de faciliter la circulation d’air et d’eau, tout en permettant aux racines des plantes de mieux se développer.

ver de terre lombric sol feuilles arbre plante
©Ozii45/iStock

Décomposition de la matière organique

Le ver de terre se nourrit de matière organique en décomposition comme les feuilles mortes, les débris végétaux et les micro-organismes. Celui-ci transforme ainsi ces matières dégradées en lombricastes bénéfiques pour la végétation environnante.

Contrôle des parasites

À lui seul, le ver de terre est capable de réduire la population de certains parasites en se nourrissant de leurs larves. Cette activité prédatrice contribue ainsi à maintenir l’équilibre au sein de l’écosystème.

Mixage des couches du sol

Le mouvement des vers de terre* à travers le sol contribue à mélanger ses différentes couches, redistribuant alors les nutriments et prévenant la formation de couches trop compactes.

*« macro-bioturbation » dans le jargon scientifique.

vers de terre motte herbe lombric
©DjMiko/iStock

Amélioration de la rétention d’eau

Les galeries creusées par les vers de terre permettent au sol de mieux retenir l’eau, action toute bénéfique pour les végétaux environnants, particulièrement en période de sécheresse.

Augmentation de la biodiversité

Les vers de terre sont eux-mêmes une source de nourriture pour de nombreux animaux, contribuant à la chaîne alimentaire et à la biodiversité globale de l’écosystème.

Le ver de terre est donc un animal primordial pour l’équilibre des écosystèmes, voire pour la planète toute entière. Et ce n’est pas Charles Darwin qui dira le contraire :

Il est permis de douter qu’il y ait beaucoup d’autres animaux qui aient joué dans l’histoire du globe un rôle aussi important que ces créatures d’une organisation si inférieure.

« Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétale »—Charles Darwin

Le ver de terre compte parmi les animaux les plus touchés par la crise climatique

Les lombriciens comptent aussi parmi les premiers animaux touchés par le réchauffement climatique. Face à la sécheresse (le ver de terre arrête de travailler dès qu’il fait trop chaud), à la montée des eaux et aux pesticides, l’habitat naturel du petit animal fouisseur est en danger permanent…

espèce sol ver de terre lombric
©PhotographyFirm/iStock

Les lombriciens vous fascinent ? Découvrez cette espèce de ver de terre vivant dans un arbre !