in ,

Le venin mortel du serpent corail bleu pourrait un jour servir à fabriquer… un antidouleur !

Credit: Wikimedia Commons

S’il est probablement l’un des plus beaux serpents au monde, le serpent corail bleu possède aussi l’un des venins les plus mortels. Pourtant, une toxine contenue dans ce dernier pourrait bien conduire à la mise au point d’un puissant antidouleur pour l’être humain. 

Une récente étude publiée dans la revue Toxins et menée par des chercheurs de l’Université du Queensland en Australie, nous apprend que l’un des plus beaux et venimeux serpents au monde, le serpent corail bleu, pourrait conduire à l’élaboration d’un puissant antidouleur pour l’homme, et ce grâce à une toxine contenue dans son venin, lequel est différent de celui de n’importe quel autre animal de cette espèce.

En effet, les chercheurs ont découvert que le venin de ce serpent (aussi surnommé Calliophis Bivirgatus) contient de la calliotoxine, une toxine qui cible les canaux de sodium, ces récepteurs situés dans le cerveau et à l’origine de la transmission de la douleur, contrairement au venin d’autres serpents qui agissent comme un puissant sédatif.

Ils ont découvert que ce venin ne tuait pas immédiatement, mais agissait sur tous les nerfs des proies provoquant en elles un choc massif et déclenchant des spasmes corporels. « Le serpent bleu corail a aussi les plus grandes glandes de venin au monde s’étendant sur un quart de la longueur de son corps », explique Bryan Fry, principal auteur de l’étude. Alors, pour les chercheurs, il devient possible d’envisager de récupérer cette toxine et de la purifier pour mettre au point une sorte de « méga-antidouleur ».

Une autre espèce est actuellement à l’étude pour la mise au point d’un antidouleur : le célèbre Mamba Noir dont le venin contient deux toxines capables d’inhiber des récepteurs impliqués dans la sensation douloureuse. « Ces molécules seraient aussi puissantes que la morphine, mais dénuées de ses effets indésirables », expliquent les chercheurs de l’INSERM qui travaillent sur le sujet.