in

Un véhicule volant sur l’eau va être testé à Paris, sur la Seine

Crédits Sea Bubble

À mi-chemin, entre le maritime et l’aérien, le Sea Bubble est un moyen de transport futuriste qui est sur le point d’investir les eaux de la Seine, à Paris, qui vient d’en commander deux prototypes. 

Un véhicule futuriste compte démocratiser le transport maritime dans les grandes villes. Il s’agit du Sea Bubble, un projet qui lie « l’aérien et le maritime », comme le décrit le navigateur Alain Thébault, l’un des créateurs accompagné d’Anders Bringdal, véliplanchiste. Et c’est à Paris, dès le mois de juin prochain, que le Sea Bubble effectuera ses premiers kilomètres puisque la ville vient de commander deux prototypes.

L’objectif, c’est que Paris « soit la première capitale à tester les deux premiers prototypes sur la Seine », comme l’a écrit Anne Hidalgo, la maire de Paris, aux concepteurs dans un courrier. Le Sea Bubble, c’est une sorte de bulle flottante entièrement électrique et capable de se déplacer à 18 km/h. Doté de quatre ailes immergées, il fonctionne selon le même principe que l’Hydroptère, ce trimaran dont les ailes immergées permettent de « glisser » plusieurs mètres au-dessus de l’eau.

c7da2202001ef3739c67954b4c9dbb31-1456834392.png

Trois avantages sont avancés par Alain Thébault pour évoquer ce transport urbain qui se veut alternatif, à savoir zéro émission, zéro bruit et quasiment pas de vagues. Car en volant au-dessus de l’eau, on ne provoque pas de traînée, ce qui permet d’économiser 40 % d’énergie, autorisant la propulsion électrique, précise le navigateur. « La bulle est un moyen de transport à part entière, pas un gadget. L’objectif, c’est qu’un parisien qui travaille à La Défense puisse utiliser une bulle pour s’y rendre », déclare-t-il.

Le modèle économique envisagé par les créateurs est identique à celui utilisé par Uber, et l’objectif est de parvenir à mettre en service une dizaine de Sea Bubbles d’ici à l’automne prochain.

Source : AFP, Belga