in

Les variations du niveau de la banquise antarctique sont beaucoup trop importantes…

Concentration de glace en Antarctique le 1er octobre 2017 / Crédits : Université Bremen

Des chercheurs internationaux tentent actuellement de trouver la raison d’un phénomène difficilement explicable : le niveau de la banquise de l’Antarctique fluctue de plus en plus de manière très importante chaque année.

Le niveau de la banquise est alarmant et bat des records cette année. Au-delà de son niveau, la banquise de l’Antarctique évolue et le lien avec le réchauffement climatique est fait, mais pas encore vraiment expliqué. En effet, la soixantaine de scientifiques venant du monde entier pour une réunion en Tasmanie (Australie) afin de discuter de cette problématique est assez perplexe.

L’événement annuel en question est organisé par l’International Ice Charting Working Group qui promeut la coopération face aux phénomènes liés aux glaciers, à la banquise et aux icebergs. On y retrouve plusieurs organisations américaines, mais également scandinaves, canadiennes, japonaises ou encore russes.

Chaque année, les experts discutent d’un problème qui ne cesse de s’aggraver : la fluctuation des niveaux de la banquise en croissante augmentation. Il s’agit d’un phénomène incontrôlable et dangereux. Il faut savoir qu’en mars 2017, le niveau le plus bas depuis 1979 a été atteint avec quelque 2,075 millions de kilomètres carrés. Cependant, il y a seulement trois ans, le niveau le plus haut jamais relevé avait été atteint avec 20 millions de kilomètres carrés !

Crédits: iStock

Comme l’indique The Guardian, les experts n’expliquent pas vraiment le phénomène ou plutôt, ces derniers ont toutes les peines du monde à expliquer clairement en quoi le réchauffement climatique impacte les fluctuations du niveau de la banquise.

« L’augmentation de la chaleur réduit la couche de glace de la banquise, mais il y a aussi d’autres mécanismes en jeu. Cette augmentation de la chaleur entraîne un accroissement de la fonte des glaces sous-marines, ce qui ajoute une eau beaucoup plus froide aux océans » ,
explique Jan Lieser, de l’Antarctic Climate and Ecosystems Cooperative Research Centre (Australie).

L’augmentation de la température cause la fonte de la banquise, mais est également responsable de sa reformation dans une sorte de cycle imprédictible. Des problèmes de sécurité se posent également puisque des bateaux traversent la zone où des touristes se rendent et ces risques sont de moins en moins identifiables. En 2016, cinquante bateaux ont permis à 35 000 touristes de venir en Antarctique.

Sources : The GuardianMashable