in ,

Les vaisseaux de science-fiction survivraient-ils dans l’espace ?

L’utilisateur d’un site permettant de créer des posts « question-réponse » s’est interrogé via le sujet suivant : les vaisseaux spatiaux visibles dans les films de science-fiction sont-ils un tant soit peu réalistes ? Ces vaisseaux font rêver, mais est-ce que cela s’arrête vraiment à cette simple considération ?

Le mois dernier permettait de souligner le record détenu par le vaisseau spatial X-37B qui est en orbite depuis plus de 700 jours autour de la Terre. Les vaisseaux spatiaux passionnent et il s’agit même d’un élément faisant la réputation des œuvres de science-fiction !

La fameuse question a été posée le 31 mars 2017 par un utilisateur de Quora, une entreprise web qui permet à ses utilisateurs de créer, d’éditer et d’organiser des questions-réponses. Une vingtaine de personnes ont jugé bon de répondre et parmi celles-ci se trouvaient des passionnés de l’espace, des écrivains de science-fiction ainsi que des astrophysiciens.

Le Tie Interceptor de Star Wars

Selon le passionné de l’espace Griffin Jourda, le Tie Interceptor de Star Wars est intéressant, mais comporte un défaut de taille. En effet, le petit chasseur fonctionne avec un moteur ionique permettant une faible consommation en carburant, mais par contre, l’accélération est très faible. Ce genre d’appareil ne pourrait donc pas se déplacer convenablement dans l’atmosphère et encore moins faire des folies dans l’espace !

Cependant, l’auteur Joseph Reinemann accorde un bon point a l’intercepteur puisque qu’il est le seul a être équipé d’un dissipateur chargé d’évacué le surplus de chaleur émanant du moteur.

Le Faucon Millenium

L’écrivain Joseph Reinemann donne également son avis concernant d’autres vaisseaux tels que Le Faucon Millenium. Ce dernier serait particulièrement adapté à l’espace, mais pas au niveau de la Terre et de son atmosphère.

Selon lui, Le Faucon Millenium n’a pas une forme très aérodynamique qui poserait des soucis conséquents lors de son entrée dans l’atmosphère à cause d’un énorme dégagement de chaleur. En revanche, son moteur imposant placé à l’arrière bien en ligne avec le centre de gravité de l’appareil est bien pensé et taillé pour naviguer dans l’espace.

L’Entreprise de Star Trek

L’Entreprise de Star Trek se situe dans la position inverse au niveau de la relation moteur — centre de gravité et son mode de propulsion est totalement infaisable en l’état des connaissances actuelles. Cependant, le vaisseau comporte des idées intéressantes comme la séparation entre le lieu de vie de l’équipage et le moteur engendrant des radiations, ainsi que le système d’évacuation de la chaleur et l’énorme réservoir de carburant.

En revanche, pour le physicien Bruno Coutinho, L’Entreprise a un autre défaut plutôt grotesque : les connexions effectuées à l’aide de câbles trop petits. Selon l’expert, la pression les ferait casser à coup sûr même en imaginant un matériau futuriste encore inconnu.

Milano des Gardiens de la galaxie

Le vaisseau Milano du film Les Gardiens de la galaxie est quant à lui plus adapté à l’atmosphère qu’à l’espace selon Joseph Reinemann, puisque les angles formés par son design pourraient ne pas résister à la pression. Le métal serait alors mis à rude épreuve alors que des fenêtres carrées plutôt que ronde sont assez mal venues.

Le Discovery One

Le vaisseau qui serait le plus crédible dans l’espace serait sans aucun doute le Discovery One de l’Odyssée de l’espace de 2001. Pour le chercheur en astrophysique John McCarthy, le moteur nucléaire situé à l’arrière est gage de poussée efficace et puissante, tandis que la logique a été respectée concernant le placement de l’équipage à l’autre bout du vaisseau, justement en raison de la radioactivité du moteur.

Le cockpit en forme de boule est capable de tourner sur lui-même, ce qui n’est pas qu’un simple détail puisqu’il permet à l’équipage de ne pas se trouver en permanence en apesanteur. Lorsque l’on sait que les séjours prolongés dans l’espace agissent négativement sur le corps humain du fait de l’absence de gravité, l’idée est plutôt pertinente.

Tous les intervenants se sont mis d’accord pour indiquer que les explications fournies prennent en compte l’état d’avancée de la science et rien d’autre. Cependant, ces derniers n’excluent pas qu’avec les avancées qui verront le jour dans le futur, l’imagination peut aller jusqu’à espérer la création de champs de force, la maîtrise de la gravité ou encore le voyage dans des trous de ver.

Sources : HuffingtonPostIGN

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.