in

Désormais, les États-Unis peuvent contrôler l’orbite de l’ISS sans la Russie

Un vaisseau cargo Cygnus. Crédits : NASA

Pour la première fois, les États-Unis ont désormais la capacité de contrôler l’orbite de la Station spatiale internationale (ISS) sans la coopération de la Russie. Il y a quelques jours, le Cygnus, un vaisseau cargo développé par la société Northrop Grumman, est en effet devenu le premier module commercial à remonter avec succès le laboratoire spatial sur une orbite supérieure.

Le maintien de l’ISS en orbite

Tous les secteurs mondiaux sont aujourd’hui affectés par le conflit en Ukraine, y compris le spatial. Il y a quelques semaines, Dimitri Rogozine, patron de l’agence russe Roscosmos, avait notamment remis en question la participation de la Russie au programme de la Station Spatiale internationale, longtemps été présenté comme un symbole de coopération après la guerre froide. Or, il convient de rappeler que c’est le segment russe de l’ISS qui est responsable du guidage, de la navigation et du contrôle de l’ensemble du complexe orbital.

Un départ précipité des Russes de la station poserait notamment un véritable problème au niveau du maintien de la station sur son orbite. Rappelons en effet que l’ISS évolue autour de la Terre à une altitude d’environ 400 km toutes les 93 minutes. Ici, la traînée atmosphérique réduit son altitude d’environ deux kilomètres tous les mois. C’est pourquoi il est important de redonner un peu de propulsion à l’ensemble de la structure de manière à la relever. Ces opérations sont donc régulièrement effectuées par la Russie au moyen du vaisseau cargo russe Progress et du module de propulsion Zvezda, en utilisant leurs propulseurs.

La guerre en Ukraine et ses conséquences ont donc amené les dirigeants américains à se demander si l’un de leurs vaisseaux pourrait opérer ce type de manœuvres, le but étant de ne plus dépendre des Russes. Si Elon Musk a déjà avancé que la capsule Crew Dragon de SpaceX pourrait potentiellement s’en occuper, la NASA s’est rapidement tournée vers la société Northrop Grumman et son vaisseau cargo Cygnus.

ISS Cygnus
Le Cygnus amarré à la Station spatiale internationale. Crédits : Northrop Grumman

Un Cygnus amélioré

Ce vaisseau contribue régulièrement au ravitaillement en fret (nourriture, gaz, carburant, pièces détachées) de la station. Une version améliorée de ce vaisseau cargo, amarré à l’ISS depuis février, permet désormais aux États-Unis de la rebooster. Une première opération réussie a eu lieu le 25 juin dernier. Les ingénieurs avaient intégré les leçons tirées d’une précédente tentative de relance suspendue quelques jours plus tôt par mesure de précaution.

Cette capacité de reboost n’est que l’une des récentes améliorations que Northrop Grumman a apportées au vaisseau pour répondre aux besoins de la NASA. La société a en effet augmenté la quantité de fret qu’elle peut transporter jusqu’à la station avec un module de fret plus grand. Elle a également ajouté des panneaux solaires et des réservoirs de carburant plus légers et plus puissants.

Le véhicule Cygnus est resté amarré environ quatre mois à la station. Il s’est désarrimé ce mardi 25 juin pour brûler dans l’atmosphère terrestre lors d’une rentrée contrôlée au-dessus de l’océan Pacifique.