in

Vague d’ovnis aux États-Unis en 2022

ovni
Crédits : iStock / ursatii

Un nouveau bureau du Pentagone mis en place pour suivre les rapports d’ovnis a déjà reçu « plusieurs centaines » de nouveaux rapports. Toutefois, il n’y a pour l’heure aucune trace de potentielle origine extraterrestre.

Déstigmatisation

Le 20 juillet 2022, le Pentagone annonçait la création de l’All-domain anomaly Resolution Office (AARO), ou Bureau de résolution des anomalies tout domaine en français. Depuis un peu plus de six mois, cette toute nouvelle agence gouvernementale a pour mission d’enquêter sur les ovnis détectés par l’Armée et autres agences fédérales. Pour le Pentagone, l’initiative servirait essentiellement à inciter les pilotes à rapporter leurs observations, alors qu’ils hésitaient parfois à le faire jusqu’à présent par crainte de la stigmatisation.

Et visiblement, il y a du pain sur la planche. En effet, au cours des six derniers mois, le bureau aurait reçu « plusieurs centaines » de nouveaux rapports d’OVNIS de la part de militaires américains, comme l’a déclaré le directeur du bureau Sean Kirkpatrick à l’Associated Press. Ces observations s’ajoutent aux plus de 140 autres signalées entre 2004 et 2021 décrites dans un rapport du Pentagone en juin 2021.

Ces nouveaux rapports ont été déposés par du personnel de l’armée, de la marine et de l’armée de l’air américaines. Tous décrivent des ovnis – ou phénomènes anormaux non identifiés (UAP) – observés dans les airs, sous l’eau et dans l’espace.

Pour Sean Kirkpatrick, cet afflux soudain de nouvelles observations pourrait être dû aux récents efforts de sensibilisation de l’AARO visant à « déstigmatiser » le processus de signalement des observations de l’armée.

Pentagone ovnis
Le Pentagone vu depuis Air Force One (l’un des deux avions chargés du transport intérieur et extérieur du Président des États-Unis) le 2 mars 2022. Crédits : Patrick Semansky

Drones et illusions d’optique

Un certain nombre d’observations signalées ont déjà été résolues. La plupart des incidents enregistrés cette année ont été officiellement attribués à la surveillance chinoise. Pékin souhaiterait en effet en savoir plus sur la façon dont les États-Unis forment leurs pilotes militaires, d’où le déploiement de ces drones. D’autres observations d’ovnis se sont également révélées être soit des ballons météo, soit des illusions d’optique.

Si les analystes du Pentagone restent encore perplexes devant certaines des vidéos recueillies, tous sont aujourd’hui convaincus qu’il ne s’agit pas d’une technologie extraterrestre.

Le Pentagone travaille également sur des moyens d’améliorer sa capacité à identifier des objets inconnus. Une manière de le faire serait de recalibrer des capteurs pour les concentrer uniquement sur les signatures connues d’aéronefs ou de drones adverses.

Un prochain rapport plus détaillé sur ces enquêtes sera publié au cours de l’année prochaine.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.