in

Les chercheurs à l’origine des vaccins à ARNm en route vers le Nobel ?

Crédits : torstensimon/pixabay

Les scientifiques à l’origine de la technologie des vaccins à ARNm viennent de décrocher un nouveau prix de médecine prestigieux, soulignant leurs travaux dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Leur technologie pourrait également permettre de lutter contre de nombreuses autres maladies à l’avenir. La prochaine étape ? Le Prix Nobel, assurément.

Une révolution dans le domaine de la médecine

Katalin Karikó et Drew Weissman sont à l’origine de la technologie clé utilisée dans les vaccins contre le COVID-19.

Tout s’est accéléré en 2005. À l’époque, les deux chercheurs ont publié une découverte surprenante sur l’ARN messager, également connu sous le nom d’ARNm, qui fournit des instructions aux cellules pour fabriquer des protéines. Lorsqu’ils ajoutaient de l’ARNm aux cellules, celles-ci le détruisaient instantanément. En revanche, ils pouvaient empêcher cette destruction en modifiant légèrement l’ARNm. En ajoutant de l’ARNm altéré aux cellules, les deux chercheurs pouvaient alors brièvement inciter les cellules à fabriquer la protéine de leur choix.

Les vaccins Pfize/BioNTech et Moderna fonctionnent sur le même principe, ordonnant à nos cellules de construire une protéine spécifique (protéine de pointe) afin que le système immunitaire puisse apprendre à reconnaître l’agent pathogène à l’avenir, le tout sans déclencher de réponse immunitaire nocive et excessive dans le processus.

À l’avenir, la technologie pourrait également s’étendre à d’autres maladies. Moderna déjà effet sur un vaccin antigrippal. La société vient également d’entamer un essai de phase I pour tester un vaccin à ARN messager contre le VIH.

vaccin pfizer
Crédits : KitzD66/piuxabay

En route vers le Nobel ?

Pour leurs travaux, Katalin Karikó et Drew Weissman ont reçu il y a quelques jours le prix de recherche médicale clinique Lasker-DeBakey 2021. C’est l’un des plus prestigieux de la médecine (les prix n’ont pas été décernés en 2020 en raison de la pandémie). Mme Lasker, une militante de la recherche médicale, et son mari parfois considéré comme le père de la publicité moderne ont fondé les Lasker Awards en 1945 pour honorer les scientifiques dont les découvertes et avancées cliniques ont contribué à améliorer la santé humaine.

Plus tôt ce mois-ci, le couple avait également remporté le prix Breakthrough, après avoir été récompensé en août par le Louisa Gross Horwitz Prize for Biology or Biochemistry, décerné pour des travaux révolutionnaires en sciences médicales. Enfin, en février dernier, Karikó et  Weissman ont également remporté le prix Rosenstiel.

Pour de nombreux experts, la prochaine étape pourrait donc être la plus prestigieuse : celle du Prix Nobel. Au cours des 75 ans d’histoire du prix, 95 lauréats des prix Lasker ont en effet reçu un prix Nobel. De même, 51 des 106 précédents lauréats du prix Horwitz ont remporté un Nobel, tout comme 36 des 93 lauréats du prix Rosenstiel.

Rendez-vous en octobre pour en avoir le cœur net. L’année dernière, le Prix Nobel de chimie vient d’être décerné conjointement à Emmanuelle Charpentier, du Max Planck Unit for the Science of Pathogene (Allemagne), et Jennifer A. Doudna, de l’Université de Berkeley (Californie) pour le développement de la désormais célèbre méthode d’édition du génome CRISPR/Cas9.