in

Le streptocoque du groupe B : cette bactérie qui tue 150 000 bébés chaque année

Un bébé prématuré dans sa couveuse Crédits : Evan-Amos / Wikipédia

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle au développement d’un vaccin contre le streptocoque du groupe B. Cette bactérie serait impliquée dans la mort d’environ 150 000 bébés chaque année. C’est plus que les estimations précédentes.

Le streptocoque du groupe B (SGB) est un type de bactérie causant de graves infections chez les nouveau-nés. En moyenne, 15 % des femmes enceintes portent l’agent pathogène dans leur vagin. Ce dernier peut alors se transmettre aux bébés pendant la grossesse, l’accouchement ou dans les premières semaines de la vie. Les taux de SGB maternel sont les plus élevés en Afrique subsaharienne (près de la moitié de la charge mondiale).

On distingue deux formes distinctes : la maladie précoce et la maladie tardive. Ceux concernés par la première montrent des signes de léthargie, d’irritabilité, de faible pression artérielle, de pneumonie, de septicémie (infection du sang) et de température, de rythme cardiaque ou de respiration anormaux. Ceux concernés par la seconde paraissent en bonne santé au premier abord, mais développent rapidement des symptômes après une semaine de vie (fièvre, difficultés à s’alimenter, léthargie ou irritabilité et troubles respiratoires notamment).

Ces symptômes peuvent s’aggraver au point de mettre en danger la vie des nourrissons. Notez que les adultes sont également touchés, mais le pronostic vital est rarement engagé.

Un taux de mortalité plus élevé que prévu

En 2017, un rapport publié suggérait que le streptocoque du groupe B entraînait chaque année près de 100 000 décès de nouveau-nés et près de 50 000 mortinaissances. À l’époque, des chercheurs avaient pointé du doigt plusieurs lacunes dans les données, laissant à penser que les chiffres réels pourraient être plus importants. Une nouvelle étude confirme ces soupçons.

D’après ce rapport publié le 2 novembre par l’OMS, le streptocoque du groupe B serait en réalité responsable de la mort d’au moins 150 000 nouveau-nés. Le rapport souligne également quasiment autant de mortinaissances par an que précédemment estimé (environ 46 000). En outre, il s’agit d’estimations « basses’. Autrement dit, il est possible que ces chiffres soient encore plus élevés que prévu.

« Cette nouvelle recherche montre que le streptocoque du groupe B est une menace majeure et sous-estimée pour la survie et le bien-être des nouveau-nés, entraînant des effets dévastateurs pour tant de familles dans le monde« , écrit l’Organisation dans un communiqué.

bébés
Crédits : photo-graphe/Pixabay

Besoin d’un vaccin de toute urgence

Pour l’heure, les cas diagnostiqués chez les bébés et les parents sont traités avec des antibiotiques. Cependant, le risque reste toujours élevé. Aussi, et compte tenu de ces nouveaux résultats, l’OMS appelle au « développement urgent d’un vaccin maternel contre le SGB qui aurait des avantages considérables dans les pays du monde entier« .

Les chercheurs estiment que plus de 50 000 décès liés au SGB (ainsi que plus de 170 000 naissances de bébés prématurées) pourraient être évités chaque année si 70% des femmes enceintes pouvaient bénéficier d’un vaccin efficace. Plusieurs sérums sont en cours de développement ou de tests. Un vaccin hexavalent entre par exemple bientôt dans les essais de phase III chez l’Homme. Quelques-uns, dont un vaccin à ARNm, sont également en cours d’essais précliniques.