in

Cette société développe un vaccin oral contre le coronavirus

Crédits : Elchinator/pixabay

Des chercheurs canadiens et une société américaine de biotechnologies collaborent pour mettre au point un vaccin oral contre le coronavirus SARS-CoV-2. Rien n’est encore définitif. Toutefois, cette solution aurait plusieurs avantages par rapport aux vaccins à injection. En effet, son transport et son stockage seraient bien plus pratiques.

Des résultats très prometteurs

Il y a peu, nous évoquions les travaux de chercheurs japonais ayant mis au point un vaccin oral contre le choléra. Celui-ci avait la particularité d’avoir “poussé” dans du riz transgénique. Dans un article du 7 juillet 2021, la chaine canadienne CTV News a évoqué un autre vaccin oral, dont l’objectif est cette fois de lutter contre la Covid-19. La société étasunienne Rapid Dose Therapeutics et une équipe de l’Université McMaster (Canada) ont joint leurs forces pour travailler sur un genre de bandelette qui se dissout dans la bouche.

Selon les responsables, le vaccin anti-Covid contenu dans la bandelette se dissout en onze secondes. De plus, la dose passerait dans la circulation sanguine au fur et à mesure que la bandelette se dissout dans la bouche. En théorie, il s’agit d’une solution très pratique pour administrer des vaccins et d’autres médicaments. Toutefois, le produit se trouve au stade développement, si bien qu’il faudra se montrer patient.

Néanmoins, les chercheurs semblent avoir déjà bien avancé, puisqu’ils ont présenté une étude préclinique sur des animaux dont les résultats sont encourageants. En effet, les bandelettes en question se sont montrées efficaces dans la propagation de protéines par voie buccale ou sublinguale (sous la langue) pour déclencher une réponse immunitaire.

bandelette vaccin oral
Crédits : Rapid Dose Therapeutics

Accélérer la vaccination à l’échelle globale

Les résultats préliminaires ont aussi montré que les protéines infusées dans les bandelettes maintiennent une stabilité jusqu’à 40°C. Ainsi, il n’y a aucunement besoin de les réfrigérer. En comparaison, certains vaccins doivent être stockés à une température comprise entre -15 et -80°C, ce qui pose de véritables problèmes de logistique. Selon les chercheurs, l’absence de contrainte concernant le stockage permettrait de redistribuer les bandelettes très facilement dans le monde entier.

Rappelons au passage que de nombreux pays chauds n’ont pas les moyens suffisants pour maintenir des vaccins à très basse température. Ainsi, la possibilité d’un tel vaccin oral pourrait représenter une solution viable et permettre ainsi d’accélérer la campagne de vaccination dans certains pays en difficulté. De plus, ce vaccin est plus économique, permettant de se passer, en plus de la chaine du froid, des flacons, seringues ainsi que du personnel qualifié.

Désormais, les meneurs du projet entament la seconde étape. Il s’agit cette fois d’administrer des molécules du virus au moyen des bandelettes. Cela aura pour objectif de mesurer la réponse immunitaire. Enfin, les chercheurs estiment que dans un futur proche, ce moyen pourrait être utilisé pour administrer des doses de rappel. Il pourrait également s’agir d’une solution pour lutter contre d’autres maladies telles que la grippe ou la dengue.