in

Un vaccin à ARN messager contre le VIH en cours de test sur les humains

Crédits : Pexels

La société Moderna est aujourd’hui présente avec son vaccin ARNm contre le coronavirus SARS-CoV-2. Celle-ci vient cependant d’annoncer le lancement de tests sur les humains pour un vaccin contre le VIH, reprenant évidemment la même technologie.

Moderna va débuter la phase I

En novembre 2020, Moderna annonçait un vaccin à ARN messager efficace à 94,5 % contre le SARS-CoV-2. Au fil des mois, ce dernier a intégré les campagnes de vaccination de nombreux pays, en compagnie des vaccins de Pfizer et AstraZeneca. Néanmoins, Moderna travaille aussi sur d’autres vaccins du même type. En juillet 2021, la société a communiqué sur le début de l’essai clinique pour un vaccin antigrippal.

Moderna va débuter la phase I d’un essai pour un autre vaccin, comme en témoigne une publication du 11 août 2021 sur la plateforme ClinicalTrials du gouvernement étasunien. Selon le document, il est question d’un vaccin contre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’origine du syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). Cette première étape se déroulera sur deux ans et concernera 56 volontaires séronégatifs âgés de 18 à 50 ans.

S’il également question d’ARNm pour ce vaccin, il faut rappeler que le SARS-CoV-2 et le VIH n’ont pas la même nature. Le premier est un coronavirus, une famille très commune et que l’on étudie énormément. En revanche, le second est encore une énigme sur bien des points, notamment en ce qui concerne sa capacité à infecter les cellules et à se reproduire.

SIDA VIH
Crédits : Bulat Silvia/ iStock

Une première étape cruciale

Cette phase I se déroulera donc sur un nombre réduit de volontaires. L’un des objectifs sera d’identifier d’éventuels effets secondaires. Néanmoins, il s’agira principalement de confirmer l’efficacité du produit. En cas de résultats positifs, l’étude passera ensuite en phase II et intégrera un échantillon plus important de volontaires. Enfin, il sera éventuellement question d’une phase III, dernière étape avant une autorisation sur le marché. Malgré les critiques du grand public, les laboratoires pharmaceutiques étudient la technologie ARNm depuis plusieurs années. L’espoir est grand au sujet des possibilités de guérir ou prévenir des maladies aujourd’hui incurables comme le SIDA.

Évidemment, le monde est encore loin très d’avoir un vaccin contre le VIH. En effet, rien n’est certain à l’heure actuelle et les tests prennent un temps considérable. Toutefois, l’espoir est permis chez les malades du SIDA, dont le nombre dépasse aujourd’hui les 37 millions dans le monde. Il s’agit toujours d’une maladie incurable, bien qu’il existe des traitements pour permettre de vivre avec et pour éviter de transmettre le virus.